Archives pour la catégorie Récit

La voie cruelle d’Ella Maillart. Payot 💛💛💛💛

La Voie cruelle par Maillart

Le récit de voyage entre Europe et Asie ( Afghanistan – Inde ) est marqué par le livre de Nicolas Bouvier L’usage du monde qui raconte ce périple dans les années 1950.
Pourtant d’autres compatriotes suisses ont réalisé ce voyage en 1939 entre Suisse et Afghanistan à bord d’une Ford moteur V8 de 18 chevaux.
Il s’agit d’Ella Maillart et d’Annemarie Schwarzenbach.
Ella Maillart est une ancienne athlète de haut niveau reconvertit dans le cinéma et le récit de voyage.
Annemarie Schwarzenbach deszcend d’une riche famille industrielle et s’est vite dressée contre les conformismes de son milieu. Personnage androgyne et morphinomane, elle est l,opposée d’Ella Maillart.
L’une est calme, posée; l’autre est fragile et maladive.
Ce récit de voyage est écrit par Ella MaillartAnnemarie Schwarzenbach prendra le nom de Christina.
Ce récit de voyage est double. Il nous raconte l’avancée de ces deux jeunes filles vers l’Asie, mais aussi la souffrance de Christina vis à vis de la drogue. En cela le titre du livre ne laisse aucune ambiguïté . Ce périple est une voie cruelle durant laquelle Christina peut être rattrapé par ces démons.
La part belle du livre reste néanmoins le voyage.
Et quel voyage. Il faut se rappeler que l’on est en 1939 ,que le nazisme a pignon sur rue et que la guerre frappe à la porte de l’Europe.
Cette traversée des pays du Moyen Orient et des anciennes Républiques soviétiques nous rappelle qu’hormis des changements de frontières et de régime , cette région reste d’une instabilité effrayante.
Alors que dire de ce périple féminin dans un monde masculin où la place de la femme n,est sûrement pas au volant d’une Ford V8.
Ce mélange de périple et de fuite en avant de Christina nimbe ce récit de voyage du mystère humain et de ces silences.
Un joli pendant au livre L’usage du monde de Nicolas Bouvier.

Ella Maillart est née à Genève en 1903. Après une brillante carrière de sportive et de cinéaste, elle entreprend une série de voyages au Turkestan, en Chine,  etc.. En 1986 elle traversait encore le Tibet. Elle est décedée en 1997.

 

 

De pierre et d’os de Bérengère Cournut. Le Tripode💛💛💛💛

De pierre et d'os par Cournut

 

De Pierre et d’os de Bérengère Cournut est un roman qui concilie ethnologie, grands espaces arctiques, rites animistes et chamanisme autour du personnage d’Uqsuralik, jeune femme livrée à elle même.
Le roman n’est pas daté mais nous sommes certainement à la fin du 19eme siècle quelque part au milieu des glaces et de la banquise  sur le Territoire de Nuna. Nous sommes sur la Terre des Inuits entre Grand Nord Canadien et Groenland.
La famille d’Uqsuralik à posé son campement sur la banquise : igloo, chiens et traîneaux.
Un matin Uqsuralik entend un énorme grondement
 » Il est trop tard :la banquise est en train de se fendre à quelques pas de moi. L’igloo est de l’autre côté de la faille, ainsi que le traîneau et les chiens. Je pourrais crier, mais cela ne servirait à rien. …… Bientôt la faille se transforme en chenal, un brouillard s’élève de l’eau sombre. Petit à petit, ma famille disparaît dans la brume. » ( page 12 )
Uqsuralik est seule sur la banquise , avec son chien Ikasuk ,3 jeunes chiens et un couteau en demi lune.
Commence alors pour Uqsuralik une errance dans le Territoire de Nuna.
Uqsuralik sera confrontée à la nature belle et sauvage, aux animaux,  aux hommes et aux femmes Inuits mais aussi aux esprits qui peuplent la nuit gelée et glacée de l’ Arctique.
Le temps est rythmé  par les demi-lunes , les jours sans nuits et les nuits sans jours, mais aussi par l’éclosion des oiseaux, le bruit et la couleur de la glace.
Et dans ce rythme lancinant les hommes et femmes passent et vivent.
Ils vivent de leur pêche,  de leur chasse, de leurs histoires avec les esprits.
Ils vivent de leur chants que perpétue la tradition.
Bérengère Cournut rythme aussi son récit par les chants qui racontent les Inuits.
L’errance d’Uqsuralik est rythmée par tout ces éléments  et alors Bérengère Cournut nous brosse une fresque poétique du monde des Inuits.
Mais pas que..

Car à travers cette errance , est magnifié le féminin,  la procréation,  la vie.
Chant de Sauniq à Uqsuralik
Je suis née par beau temps
Dans une famille nombreuse
Ma mère m’avait prédit longue vie
J’ai échappé à plusieurs famines
Et connu plusieurs maris
J’ai donné naissance à beaucoup d’enfants
Certains nés de mon ventre
D’autres extraits par mes mains
Grâce à  eux, j’habiterai longtemps Nuna
Notre territoire commun
Parmi tous ces enfants
Uqsuralik,  ma dernière fille,
Tu es la seule pour qui je me fais du souci
Tu es à la fois ourse et hermine
Ta fille est un corbeau
Vous avez à  vous deux
La force de plusieurs animaux
En tirant ses cheveux
Ma petite mère Hila
A précipité la mort du Vieux
Et vengé son père
En s’associant de ton côté
A l’étranger nommé Naja
Tu t’apprêtes à voyager au delà
Des mondes perçus par la plupart d’entre nous
Uqsuralik,  ma dernière née
Ne dis à personne que ton initiation à commencé
Ou bien tes visions seront brouillées,  emprisonnées
Uqsuralik,  ma dernière née
Ne dis à personne que les esprits t’ont visitée
Ou bien tes pouvoirs seront brimés, entravés
Les femmes puissantes
Encourent d’abord
Tous les dangers.

La panthère des neiges de Sylvain Tesson. Gallimard.💛💛💛💛💛

La panthère des neiges par Tesson

Sylvain Tesson est toujours là où on ne l’attends pas.
Cette fois ci il est sur les hauts plateaux du Tibet plus particulièrement sur le plateau du Changtang .
Il est sur ce haut plateau avec Vincent Munier, photographe , Marie compagne de Vincent et Leo assistant philosophe..
Nous avons connu Sylvain Tesson aventurier se retirant 6 mois dans les froids sibériens, nous avons connu Sylvain Tesson chevauchant une vieille moto russe pour revivre la Berezina napoléonienne. Nous l’avons connu aussi arpentant les chemins noirs de France ou encore les chemins de la liberté après le goulag.
Toujours trépidant , en mouvement, à la recherche d’aventure extrême Sylvain Tesson nous reviens apaisé.
Mais l’on reste dans l’inédit, l’étonnant, l’unique.
Sylvain Tesson va nous raconter l’affût à 4 800m d’altitude pour apercevoir la panthère des neiges.
Et l’affût demande du temps de la patience, du calme et pour ainsi dire un effacement de soi. Pas possible de fumer un bon gros cigare pour passer le temps.
Dans ces paysages de froid du Haut Tibet où l’attente devient moteur de vie, Sylvain Tesson par de courts chapitres rassemblés autour d’une idée nous fait réfléchir sur l’Etre, la spiritualité ( Tao et bouddhisme ) mais surtout sur la place de l’homme et des animaux en ce monde.
Cette réflexion apportée dans un monde minéral et animal remet l’homme à sa juste place.
Enfin de façon plus personnelle, Sylvain Tesson nous parle de deux femmes , sa mère et son ancienne compagne, de façon très émouvante. Une autre facette de l’écrivain voyageur. L’armure se casse…. et c’en est que mieux.
Un livre à garder auprès de soi pour picorer à volonté un chapitre ou l’autre et se réjouir des aphorismes de Sylvain Tesson.
Pour la route : La Terre avait été un musée sublime. Par malheur, l’homme n’était pas conservateur.