Archives pour la catégorie Premier Roman

Mes vies parallèles de Julien Leschiera. La Dilettante. 💛💛💛

Voici un premier roman et un auteur qui risquent l’originalité , le sujet casse gueule et qui s’en sortent plutôt bien.
En troisième de couverture un avis laconique : Ce premier roman ne contient pas une once de bonheur, c’est un feel-bad book. Une couverture au graphisme noir et blanc représentant un poil dans la main.
Tout cela pour un livre de plus de 500 pages à la pagination serrée dans laquelle une aération due aux paragraphes est peu présente.
Avouez qu’il y a mieux pour inciter à la lecture d’un roman.
Et pourtant Julien Leschiera, libraire à Clermont-Ferrand va nous arrimer à son feel-bad book.
Première phrase du roman :D’aussi loin que je me souvienne, je n’ai jamais désiré autre chose que ne rien faire « 
La gageure de Julien Leschiera sera de surfer sur ce pitch très court. Et il tiendra la gageure.
Charles Dubois l’anti-héros de ce livre est un être avachi. Déjà intra-utérin le gynécologue avait prévenu les parents : votre bébé est mou et avachi.
Charles le sera toute sa vie. D’avachi il deviendra faineasse ou feignasse.
Charles est un oisif.
Charles Dubois est un anti héros flamboyant, exaspérant qui fuit la vie et la réalité. Il se raccroche à des vies parallèles dans lesquelles son avachissement est moindre.
Cet avachissement n’est pas un acte politique. c’est juste une façon d’être : tout faire pour passer inaperçu et être invisible au monde. Il pense qu’en s’oubliant on l’oubliera à son tour. Bien que maître dans l’art de ne rien faire le monde est loin de le laisser tranquille.
Il devra faire face aux affres des copains et des copines , aux affres d’une vie de couple pour la moins monacale et autarcique. Il fera aussi des expériences ratées, mais comment pouvait il en être autrement, auprès du monde de l’édition et des médias. Son oisiveté réussira même à lui faire traverser l’Amérique latine.
Contrairement au titre , les vies parallèles restent secondaires et c’est la multitude d’aventures qui prend le pas.
Cela peut être la limite du livre , car pour être un oisif de qualité , il faut avoir autour de soi des coups du destin aux bon moments . Des rencontres fortuites, une aide financière facilitent l’oisiveté.
Cela n’enlève rien à la qualité de ce premier roman ,tenu avec habileté sur plus de 500 pages par Julien Leschiera alors que le sujet du roman prédisposé à la glissade assassine.
500 pages pour transmuter un possible récit cafardeux en récit enlevé et parfois picaresque.

On ne se baigne pas dans la Loire de Guillaume Nail. Denoël. 💛💛💛💛

Premier roman mais que de qualité, de tensions , d’originalité.
Pour écrire son roman , Guillaume Nail s’est inspiré d’un drame arrivé en juillet 1969 à Juigné sur Loire : la mort de 19 jeunes adolescents par noyade dans la Loire.
Un groupe d’adolescents de 16 à à 17 ans en termine avec une colo de six semaines. C’est le dernier jour. On m’est en place un pique nique sur les bords de la Loire.
Benoit et Pauline encadrent ses ados : Pierre, Gus, Totof, Farid , Pavel, Youssou, Jonas, Kévin, Nathan, Adone.
Soudain la phrase résonne au coeur du silence : On va se baigner ?
Ce court roman de 150 pages est fiévreux, tendu, insouciant comme cette bande d’ados.
Guillaume Nail va poser son regard et son stylo sur certains d’entre eux , auxquels il donnera à chacun des chapitres.
Des moments de vie, de difficultés, d’émois. Benoit et un fetichisme malsain ,
Pierre et un pull rose qui en font Pupulle , les émois de Pauline , le mal être parental de Gus.
Le tout écrit dans une langue étonnante faite de phrases courtes, de formules innatendues. Cela peut surprendre, mais c’est l’écriture d’une jeunesse de son temps.. Numérique, rapide, desinhibée semble-t-il.
« Faut oser un peu.. On n’à qu’une vie « 
« Ils cul-séchent leurs bières « 
« Il a couiné juste assez fort pour que Farid se retourne, qui revient, merci, sens inverse.Tout lent d’abord « 
 » Lui préfère l’instinct, hop zim boum »
 » les enfants pyjamas  »  » le grille-pain saute les tartines « 
Et puis il y a une écriture poétique pour dire La Loire. Quatre moments dans le roman pour parler du fleuve, de l’amont, de l’aval et de l’estuaire.
Des moments de calme apparent, de beauté lente et majestueuse . Mais la Loire est en réalité comme ce roman : fiévreuse et sous tension.

Un magnifique premier roman rehaussé d’une playlist qui caractérise bien les ressentis et émotions :
A nouveau sauvages – Un peu de mélancolie heureuse – Une version améliorée de la tristesse – Les Hautes Lumières – On brûlera.

Une flamme dans la main nous éclaire le passage
Redevenus païens au milieu du feuillage
Une flamme dans la main nous éclaire le visage
Sur le rivage enfin
A nouveau sauvages
[ Ramo – Thomas Emeriaux.


Guillaume Nail a de multiples talents. Il est traducteur de formation. Il est scénariste et journaliste. Il est aussi comédien.
Egalement auteur jeunesse, Qui veut la peau de Barack & Angela est son premier roman.
Guillaume partage son temps entre Paris et Barneville-Carteret, dans le Cotentin (50).

La playlist de On ne se baigne pas dans la Loire :

https://www.deezer.com/fr/playlist/11141260344

Abondance de Jakob Guanzon. La Croisée. 💛💛💛💛

Une couverture de roman qui dit beaucoup de ce premier roman de Jakob Guanzon .
Trois à-plats de couleurs : Rouge , Bleu comme le ciel et un quart de rond jaune pour le soleil. Des couleurs qui invitent à l’espoir , à l’ Abondance du titre du roman.
Mais il y a surtout une frise noire qui traverse ces trois couleurs. Et de cette frise noire se détachent en ombre chinoise , un pick-up et un homme de dos tenant un petit garçon par la main.
L’ombre et la lumière. Un moyen de se réapproprier son destin. Comment transformer l’ombre en lumière. Comment rendre visible l’ombre.
L’ombre c’est la vie d’Henry qui peu à peu s’est défaite jusqu’à vivre avec son fils Junior dans un pick-up. Les Etats-Unis des années 2015.
Henry a tout perdu : parents, femme, famille, boulot, reconnaissance sociale.
Il a plongé : la drogue, la violence , la prison.
L’Amérique ne l’a pas aidé. Elle abandonne facilement les laisser pour compte sur le bord de la route.
Alors défile l’Amérique périphérique avec ses mobil home, ses commerces et stations services miteux, ses motels défraichis et sa population délaissée.
Abondance est un portrait noir , éprouvant de cette nouvelle Amérique sauvage.
L’ Amérique n’est pas seule responsable de cette noirceur. Henry a sa part d’ombre et celle-ci met un sacré abat-jour sur la lumière. Mais cela mérite -il d’être traité comme un moins que rien.
Chaque chapitre de ce roman a pour titre un montant de dollars. Ces dollars dont à besoin Henry pour survivre.
Un décompte qui nous prend au tripes car il nous donne à voir la vie quotidienne de quelqu’un qui a tout perdu … sauf son fils.
La finesse du regard de Jakob Guanzon empêche que nous tombions trop bas bien que la tragédie soit présente.
C’est un roman qui frappe fort comme l’indique le New York Times sur le bandeau de couverture.
C’est un roman qui perturbe et dont on ne ressort pas indemne.
Les aléas de la vie pourraient faire de nous des Henry ou des Junior.
l’ Abondance n’est pas la chose la mieux partagée dans ce monde.

JAKOB GUANZON est diplômé de sociologie et littérature de l’université de Columbia. Il a travaillé à Madrid comme professeur, traducteur et éditeur. Abondance est son premier roman, publié dans la maison indépendante Graywolf Press (Max Porter, David Treuer…). Abondance a été acclamé par la presse et les lecteurs, et sélectionné pour le National Book Award. Il est en cours de traduction dans plusieurs pays. Jakob Guanzon vit aujourd’hui à New York.

La poésie des marchés de Anne Laure Delaye. Albin Michel . 💛💛

Que vous dire sur ce roman pour lequel je reste entre deux chaises ?En quatrième de couverture il est indiqué « A situation irrationnelle, solution irrationnelle « C’est bien le cas du roman d’Anne Laure Delaye. Il faut sûrement le prendre au quatriéme ou cinquième degré pour entrer dans cette irrationnalité.Mais à force de degré et d’irrationnalité , le propos perd de son acuité et ne défend plus la cause initiale.

Le pitch ( pour être dans le vocabulaire des personnages ) : Lucie, analyste financière chez Vega Energie maitrise les cours et la volatilité des marchés du gaz et de l’electricité.

En ce début 2022 , La Russie s’apprête à envahir l’Ukraine avec les conséquences que l’on connaît. Le monde peut-il s’effondrer ? Lucie a une prise de conscience et pour donner du sens elle souhaite développer un projet : La PPV ou Poésie Vibratoire du Vivant.

Idée audacieuse, novatrice. Pourquoi pas ?Un brun d’irrationnalité ne ferait pas de mal. Mais là , l’irrationnalité atteint des sommets entre un Sdf un peu perché , des collages et sculptures , un iguane du nom De Robert. le tout hébergé secrètement dans une pièce de l’entreprise.

Je vous fais grâce de l’écologie traité par dessus la jambe et des réunions et brainstorming sans queue ni têtes , ni des séances de saurothérapie à 150 E prodiguées par Lucie !

A force d’irrationnalité le propos dessert une réalité qui est effectivement , le coût de l’énergie , le réchauffement climatique ou encore la poésie et la pleine conscience.

Les derniers mots du roman : Ensuite on verrait bien.

En effet on verrait bien. Une fatalité qui fait qu’on est pas plus avancé.

Balle au centre.

L’odyssée de Sven de Nathaniel Ian Miller. Buchet – Chastel . 💛💛💛💛

L’odyssée de Sven est un premier roman qui tient toutes ses promesses. Il ne faut pas s’arrêter au titre et à la couverture du livre. Il ne s’agit pas seulement d’un roman d’aventure se déroulant dans le Grand Nord au Spitzberg.
Nathaniel Ian Miller s’est inspiré d’un véritable chasseur – trappeur dont on ne sait pas grand chose pour son histoire.
Sven est un jeune suédois vivant à Stockholm au début du 20éme siècle. Ce nouveau siècle synonyme de travail , de lutte des classes ne lui convient guère. Ses lectures lui ont fait découvrir Nansen, Amundsen, les explorateurs polaires.
Quittant Stockholm il décide d’assouvir cette passion en rejoignant le Spitzberg et en devenant mineur .
L’aventure géographique, exploratrice va devenir humaine.
A travers ces expériences Sven va découvrir en lui un besoin de solitude, de retrait de la famille, du monde mais aussi un besoin de retour à l’animal, à la nature.
Plus prenant encore un retour à la pierre, à la géologie. Dans ces contrées sauvages, dures et froides le minéral prend toute sa place.
Pour vivre ce chamboulement Sven va être accompagné de personnages profondément humains comme Tapio le trappeur, Charles McIntyre ou encore Eberhard le chien.
C’est avec cette palette de personnages que le roman est plus qu’un roman d’aventures.
Nathaniel Ian Miller nous met en présence de personnages atypiques, improbables. Dans une société dite civilisée, ces personnages n’auraient pas pignon sur rue. Ils feraient partie des déclassés, des laisser pour compte.
Ici, il porte l’histoire. Derrière les affres de la vie il n’y a qu’empathie, solidarité.
On se trouve bien dans ce Grand Nord ! Ce Grand Nord dans lequel Sven et Charles McIntyre n’oublient pas les bienfaits des livres et de l’amitié.
C’est aussi un roman de l intériorité, de la découverte de soi et de la redéfinition de la famille.
Sven était parti pour connaître la solitude. Il en reviendra plus social et ayant fait des émules.
L’odyssée porte bien son nom : un voyage rempli d’aventures singulières auquel Nathaniel Ian Miller donne un éclat particulier par son empathie et son humanité.
Les cabanes du Spitzberg doivent encore être empreintes de l’âme de Sven, Tapio, Helga, Charles ou Eberhard.


Nathaniel Ian Miller est éleveur de bétail dans le Vermont. En 2012, il a participé à la résidence Arctic Circle dans le Svalbard et a découvert la cabane de Sven. L’Odyssée de Sven est son premier roman.

Nathaniel IanMiller a écrit pour le Santa Fe Reporter , Durango Herald , Milwaukee Journal-Sentinel , Missoula Independent et Virginia Quarterly Review . Il est titulaire d’un BA de l’Amherst College et d’une maîtrise en écriture créative et d’une maîtrise en études environnementales de l’Université du Montana.
——————————————————————————————

La passagère d’Amélie Fonlupt. Payot Rivages. 💛💛

Il est des livres qui ne sont que de passage.
Le livre d’Amelie Fonlupt fait partie de cette catégorie . Et son titre La passagère confirme cette impression.
Passager : Celui où celle qui est de passage, qui ne fait que passer
Mamé, grand mère capverdienne s’est exilé en France dans les années 1960 avec sa fille Reine. Mamé est revenue au Cap Vert. Pas Reine qui est restée vivre en banlieue parisienne. Des enfants sont nés dont Lena qui est la narratrice de ce roman.
Ce roman retrace la vie de trois générations de femmes exilées en France. Pour chacune le déracinement est une épreuve
Autant j’ai aimé les 50 premières pages qui se passent au CapVert, autant j’ai eu du mal ensuite.
J’ai eu l’impression que l’ensemble été survolé avec les passages obligatoires pour parler de l’exil, du déracinement. A force de survoler, l’émotion disparaît et reste des personnages convenus que ce soit Madame Patrick ou encore Monsieur et Madame chez qui Reine travaille.
La passagère aurait pu être un prémice à la transmission. Mamé, Reine et Lena auraient pu être ces liens.
Malheureusement elles ne sont que de passage,


Des printemps en Bretagne de Jean Michel Boulanger. Editions Goater. 💛💛💛

Passant quelques jours de randonnée dans le Cap Sizun et la Cornouaille, rien de mieux que des lectures régionales pour un peu s’imprégner de l’histoire de la région.
La propriétaire du gîte que nous louions été originaire de Douarnenez et nous raconta succinctement l’histoire de ce port, ses conserveries de sardines au début du 20ème siècle , sa mairie communiste, ses femmes en grève en 1924 et cet esprit  » rouge  » toujours présent.
Un tour dans une librairie à Audierne et le libraire nous conseille le roman de Jean Michel Boulanger : Des printemps en Bretagne.
C’est un premier roman écrit par un maître de conférence en géographie et aussi un vice président du Conseil Régional de Bretagne.
C’est parfois didactique mais c’est toujours intéressant et éclairant sur Douarnenez et la Bretagne dans les années 1920.
Francois Tanguy est un jeune garçon qui vit avec sa famille paysanne près de Guingamp. La guerre de 14 aura semé l’effroi dans la famille avec des frères qui ne reviendront pas et une mère qui mourra de chagrin.
Suite à ces études à Rennes, il décroche un poste de professeur auprès des élèves de l’école de pêche de Douarnenez.
En vivant à Douarnenez il va être confronté au communisme libertaire, aux prémices du féminisme avec l’élection d’une sardiniere au conseil municipal.
Il sera confronté aussi à son propre pacifisme suite à la tragédie de la guerre, sans oublier la place du catholicisme en Bretagne.
A côté du personnage fictionnel de François, prend place un personnage haut en couleurs : Flanchec maire communiste de Douarnenez, avec ses ombres et ses lumières.
En tout cas quand vous arpentez les rues et venelles de Douarnenez, vous êtes emprunt d’une certaine gravité vis à vis du combat qu’ont mené les sardinières.
Il en reste des traces comme cette peinture sur l’une des maisons de la place du Sémaphore.
Et savez- vous qu’à Douarnenez tous les magasins sont fermés le dimanche. Souvenir d’une ville militante.


Watergang de Mario Alonso. Le Tripode. 💛💛💛💛

Mario AlonsoEAN : 9782370553126
LE TRIPODE (06/01/2022) 222 pages.

Watergang est un premier roman original et déroutant.
Par la forme de son roman Mario Alonso nous déconcerte. le titre du chapitre nous indique qui sera le narrateur des quelques pages qui vont suivre. Toujours des chapitres courts.
Donc nous connaissons le narrateur pour chaque chapitre. Quand le chapitre a pour titre Kim, Paul, Julia , Jens, John on est dans un univers connu.
Par contre quand le narrateur devient Middelbourg, roman, action, Nous, lande ou canal, on rentre dans un autre monde.
Et c’est là, toute la réussite de se premier roman.
Marion Alonso nous invite à prendre un tout. Autour des personnages le lieu du Watergang est primordial; dédale de fossés et d’ouvrages de drainage du polder
Entre polders et canaux la petite ville de Middelbourg rêve d’ailleurs. Un ailleurs que l’on peut deviner : les côtes anglaises.
Dans cette petite ville, un garçon de 12 ans : Paul. Il vit avec sa mère divorcée et qui travaille dans un supermarché. Il a une grande soeur qui est enceinte.
Milieu social simple. Des vies un peu esquintées.
Et dans cette grisaille, les rêves de Paul : il veut devenir écrivain. Il noircit des cahiers en courant le Watergang.
En faisant parler les personnages et les lieux , Mario Alonso crée une atmosphère naturaliste proche du cinéma des années 50.
Chacun est en recherche d’identité, de reconnaissance.
Est il possible de s’évader du polder, du Watergang. Ce polder, sous le niveau de la mer, entouré de digues. Les côtes anglaises sont elles un mirage. Ou peut on espérer, envisager une autre vie.
L’auteur esquisse des réponses.
La plus originale : les changements d’identité . Paul devient Jan quand il se voit écrivain. Kim devient Birgit pour Paul. Julia la maman devient Super.
Ces personnages pour lesquels l’auteur a une tendresse particulière. Tendresse qu’il nous transmet pour faire de ce premier roman une réussite


« Dans sa tête il y a du vent qui se forme et qui a besoin d’un nouveau couloir pour circuler. Je ne fais qu’exprimer avec des mots ce que son corps exprime pendant son sommeil. Et ce que son corps dit Jens le pense  » ( page 221 )



Né quelque part en Espagne dans les années 60, Mario Alonso arrive en France et se destine à être handballeur professionnel. Il change bientôt d’avis et devient guitariste dans un groupe de New Wave, puis vendeur de manteaux de fourrures et photographe dans une agence publicitaire, avant de se tourner vers le livre, à cause des écrivains américains qui ont fini par le pervertir. Il publie en 2021 Lignes de flottaisons, un recueil d’aphorismes rafraîchissants édité en Belgique par Le Cactus inébranlable. Un second opus est prévu en 2023. Aujourd’hui, l’auteur s’est fixé un nouvel objectif, écrire des romans paysages. Watergang est sa première vague.

Watergang

L’anarchiste qui s’appelait comme moi de Pablo Martin Sanchez. Zulma La Contre-allée. 💛💛💛💛💛

Quelle magnifique idée littéraire et fictionnelle !
Rechercher son homonyme sur Internet.
C’est ce qu’a fait l’écrivain espagnol Pablo Martin Sanchez.
Pablo Martin Sanchez a écrit l’anarchiste qui s’appelait comme en 2012 et son roman vient d’être traduit aux Editions Zulma et La contre-allée.
Pablo Martin Sanchez est connu pour être le traducteur en espagnol de Raymond QueneauDelphine de Vigan ou Hervé le Tellier.
Il fait aussi partie de L’Oulipo. L’Oulipo a pour but de découvrir de nouvelles potentialités du langage et de moderniser l’expression à travers des jeux d’écriture.
Donc Pablo Martin Sanchez tape son nom sur google et au milieu d’un nombre important d’intrants , il découvre son nom dans le dictionnaire des anarchistes espagnols .
3 petites lignes dans un article consacré à l’anarchiste Enrique Gil Galar : « Capturé, il fut condamné à mort et exécuté avec d’autres militants, comme Julian Santillan Rodriguez et Pablo Martin Sanchez « .
« Membre d’un groupe d’action, Enrique Gil Galar participa le 6 et 7 Novembre 1924 à l’expédition de Vera de Bidasoa au cours de laquelle une centaine de camarades venus de France étaient entrés en Espagne « 
Pablo Martin Sanchez se lance dans l’investigation et recherche documents et informations concernant cet homonyme ayant vécu au début du 20éme siècle. tout cela se concentrera à Barracaldo dans la banlieue de Bilbao.
Il rencontrera Térésa, une vieille femme de 90 ans, qui est la nièce de l’anarchiste Pablo Martin Sanchez et qui lui permettra de dérouler le fil menu de la vie de l’anarchiste.
Mais comment démêler le vrai du faux, entre récit historique et fiction ?
Il est évident que c’est jubilatoire pour Pablo Martin Sanchez de nous entrainer entre fiction et réalité. Et il le fait diantrement bien !
Il profite des interstices inconnus de la vie de Pablo Martin Sanchez pour nous immerger dans le Paris du début du 20ème siècle : les quartiers populaires , les années folles mais encore les petits commerces et les linotypistes.
Une capitale dans laquelle grenouille les anarchistes de tous poils et plus spécialement espagnols.
Car c’est aussi la grande réussite de ce roman : nous faire découvrir une partie de l’histoire espagnole en ces années 1920. Nous connaissons plus de l’Espagne la période la guerre civile de 1936. Elle a pourtant été précédée par la dictature de Miguel Primo de Rivera qui a écrasé ces rêves anarchistes et libertaires. des rêves précurseurs de ce que seront le Pays Basque et la Catalogne.
Enfin comment ne pas être touché par ces engagements jusqu’à la mort ?
Je suppose que Pablo Martin Sanchez l’écrivain a du cheminer longuement auprès de Pablo Martin Sanchez l’anarchiste. Un cheminement qui se poursuit 10 ans après la naissance du roman avec son édition en France.
J’ai rencontré Pablo Martin Sanchez à la Fête du livre de Bron en Mars 2022.
Il était toujours imprégné de ce roman et de ce cheminement.
Sa dédicace : » Cette histoire du passé qui parle bien du présent. »
Le cheminement de deux homonymes à 100 ans d’écart mais qui parlent d’une même voix .
Un livre qui parle d’aventure, d’Histoire, d’amour et de convictions.
Je vous le recommande chaudement.

Pablo Martín Sánchez est un écrivain diplômé en art dramatique de l’Institut de théâtre de Barcelone, docteur en langue française et en littérature de l’université Lille-III et docteur en littérature comparée de l’université de Grenade.
Il a travaillé entre autres comme lecteur, correcteur, libraire.
Il traduit du français à l’espagnol.
Auteur de contes (Frictions, Éditions la Contre Allée, 2011) et d’un roman (L’Anarchiste qui portait mon nom, Acantilado, 2012).
En 2014, il devient le premier membre espagnol de l’Oulipo.

Pablo Martin Sanchez 1924

Un long, si long après midi d’Inga Vesper. Editions de La Martinière. 💛💛💛

Un long, si long après midi a tout du polar classique des années 60 aux États Unis. Tout est raccord jusqu’à la couverture du livre représentant l’American Way of Life au travers de la cuisine d’un pavillon américain d’une banlieue résidentielle de Santa Monica.
L ‘American Way of Life s’étale sans vergogne dans ce pavillon. Une famille riche, blanche, des enfants, une femme au foyer, une belle pelouse, de magnifiques géraniums, des haies taillées au cordeau, et une bonne noire comme femme de ménage.
Tout est en bonne ordre dans la famille de Joyce , Franck et des enfants Barbara et Lily.
Et immanquablement ce vernis va se craqueler. Joyce va disparaître et ce qui paraissait une vie rangée va voler en éclat.
Car l’ American Way of Life des années 1950/ 1960 se traîne quelques boulets , comme la condition des femmes, la condition des Noirs.
C’est la grande réussite du roman d’Inga Vesper. Sous couvert d’enquête policière, Inga Vesper ausculte la société américaine et ses inégalités.
La lutte pour les droits civiques n’en est qu’à ses premiers balbutiements mais déjà on voit poindre les combats pour l’égalité des femmes et des Noirs.
Le combat de Joyce et de Ruby pour être libres est au coeur de se roman policier fait d’apparence et de faux semblants.
Bien sûr qu’il y aura un coupable et la construction policière est parfaite. Mais est ce le plus important dans ce roman ?
Ce roman est révélateur de l’Amérique des années 60 et de ses turpitudes mais aussi des besoins de libertés,d’élévation de ceux qui sont englués dans l’American Way of Life.
Premier roman d’une belle justesse.

——————————————————————————————

Inga Vesper est journaliste et écrivaine, auteure de roman policier.

Elle a déménagé d’Allemagne au Royaume-Uni pour travailler comme aide-soignante, avant que l’envie d’écrire et d’explorer ne l’amène au journalisme scientifique. Elle est titulaire d’une maîtrise en gestion du changement climatique du Birkbeck College à Londres.

Inga a travaillé et vécu en Syrie et en Tanzanie, mais est toujours revenue à Londres, car il n’y a pas de meilleur endroit pour trouver une bonne histoire que le pont supérieur d’un bus.

« Un long, si long après-midi » (« The Long, Long Afternoon », 2021) est son premier roman.