Archives pour la catégorie Premier Roman

Dérive des âmes et des continents de Shubhangi Swarup. Métailié. 💛💛💛💛

Dérive des âmes et des continents par Swarup

Voici un premier roman au souffle incroyable. le titre du roman , déjà, nous dit que nous partons pour une aventure de l’âme et de l’esprit . Dérive des âmes et des continents portent on ne peut mieux son titre. Il faut accepter de dériver, de se laisser aller à ces spiritualités d’Asie et d’Inde. Il faut accepter de quitter le rationnel, il faut accepter de ne pas tout comprendre . Laisser dériver….. C’est un immense plaisir.
Deux jeunes mariés s’installent dans les Iles Andaman , entre Inde et Birmanie. Ils savent qu’ils se sont aimés dans une autre vie. Lui ,Girija Prasad est scientifique fasciné par les volcans et les éléments naturels . Elle, Chanta Devi est un peu sorcière, parle aux arbres, prévoit les tremblements de terre.
Dans ce roman la dérive n’atteint pas que les âmes, elle atteint aussi ce sous continent indien qui , il y a des millions d’années est venu se fracasser sur la chaine himalayenne. de ce fracas géologique, il reste des plaques de subduction et des failles qui courent entre les iles Andaman et l’Irrawady en Birmanie. ces failles et ces plaques qui font remonter à la surface une nature intemporelle datant des prémices de l’univers : pierres , fossiles, minéraux, arbres mais encore fantômes, âmes.
Dans cette grande région entre Inde, Birmanie , Sri Lanka , Népal et Pakistan , les hommes vivent depuis des millénaires au rythme de la furie de la nature : Tsunami, tremblement de terre , mousson , violence de la montagne. Face à ce déferlement de la nature , les hommes ont opté pour des spiritualités : hindouisme, bouddhisme qui prônent la réincarnation.
C’est cette dérive dans laquelle va nous entrainer Subhangi Swarup.
Je me suis laisser prendre dans les filets de cette dérive. Un lâcher prise où nature et spiritualité font trembler la terre de l’Océan Indien à l’Himalaya.
J’ai été fortement touché par Dérive des âmes et des continents , car j’y ai retrouvé le miroir de ce que j’ai pu vivre et ressentir en découvrant ces pays.
Je suis aller en Inde du Sud dans des villages et sur des plages qui ont été dévasté par le tsunami de 2004. J’étais sur place une semaine avant le tsunami
Je suis allé deux fois au Népal en 2016 et 2018 suite au tremblement de terre d’Avril 2015. J’ai fait un trek dans le Langtang, région fortement touchée où Langtang Village a été rayé de la carte ( 275 morts)
En Octobre 2016 la région de Bagan , au bord de l’Irrawady était victime elle aussi d’un tremblement de terre. 6 mois avant , je déambulais au milieu des milliers de temples de Bagan.
Que ce soit en Inde , en Birmanie ou au Népal , j’ai été marqué et emplit de cette spiritualité quelle soit hindouiste, bouddhiste ou animiste.
Participer au coucher de Vishnu à Thanjavur ( Inde) , participer à une Kora autour du stupa de Bodnath ( Népal) vous entraine dans cette évanescence et cette réalité infinie de l’âme.
La dérive des âmes et des continents est une réalité .
De la même façon que l’on revient changé de ces contrées , ce roman change notre façon de regarder les paysages , la montagne , la forêts, les hommes et ces âmes qui tous dérivent depuis des millénaires.

Shubhangi Swarup - Babelio

Shubhangi Swarup est née en 1982 à Nashik, dans l’État du Marahashtra. Journaliste, réalisatrice, pédagogue, elle vit aujourd’hui à Bombay. Dérive des âmes et des continents est son premier roman. Elle a obtenu la bourse d’écriture créative Charles Pick à l’Université d’East Anglia (Norwich).

El Curandero de Paul Vanderstappen. Editions Meo.💛💛💛

El Curandero par Vanderstappen

Tout d’abord merci à  Babelio et aux Éditions Meo pour l’envoi du roman  El Curandero de Paul Vanderstappen dans le cadre de la Masse Critique.
El Curandero est un premier roman initiatique et étrange.
Roman court, il se situe entre 2005 et 2015 de part et d’autre de l’Atlantique, de la Belgique au Chili.
El Curandero signifie celui qui soigne, celui qui se soigne.
Et effectivement le roman est une quête de sens, une quête de soi.
Le narrateur a un vécu,  une histoire qu’il porte mais qu’il n’arrive pas à exprimer
Cette histoire est en lien avec un  deuil qui réveille des événements antérieurs  et fait resurgir des fantômes enfouis mais non oubliés
Cette résurgence de souvenirs va entraîner le narrateur de Belgique au Chili et plus particulièrement à Valparaiso à la rencontre de personnages réels et d’autres dont on ne sait  la réalité.
A chacun de rentrer ou non dans cette histoire. le côté  parfois didactique ( Les entretiens avec le psychiatre ) et une certaine lenteur dans le récit   ne facilite  pas toujours la narration.
Sûrement le fait d’un premier roman.
Reste des personnages étonnants  ( Louisa- Gabriel ), des lieux de poésie comme La Sebestiana, maison de Pablo Neruda et Valparaiso.
Et Valparaiso, ce port mythique sur le Pacifique. Port du bout du monde où sont passé tant de voyageurs, d’écrivains et de baroudeurs.
 Un lieu qui correspond bien à la quête de sens et à la quête de soi.
En définitif un roman pour lequel il faut accepter de se laisser embarquer pour un voyage intérieur, une atmosphère.
Comme vous le constater par ce billet, j’ai embarqué. Ce ne fut pas toujours évident, je me suis dès fois perdu, j’ai un peu râlé sur un style simple, des facilités, mais j’ai été au bout du voyage. J’ai accosté et j’ai laissé infuser cette lecture quelques jours.
Et bien au bout de quelques jours il reste une petite musique, une évanescence.
Alors on embarque ! Oui. Non. A vous de voir !
Paul Vanderstappen est formateur d’éducateurs et de logopédes ( orthophoniste en Belgique )

Nos Corps étrangers de Carine Joaquim. La manufacture des livres . 💛💛💛

Nos corps étrangers par Joaquim

Nos corps étrangers est le premier roman  de Carine Joaquim. Est ce important que ce soit un premier roman  ? Non tellement Carine Joaquim embrasse de sujets.
Elle divise son roman en trois parties qui recouvrent chacune un trimestre d’une année scolaire.
Dans ces trois parties vont vivre  Elisabeth, Stéphane et leur fille Maeva. A cette famille il faut ajouter Maxence et Ritchie qui sont dans la classe de troisième de Maeva, mais aussi Sylvain et Clara qui sont les fenêtres vers l’extérieur pour Elisabeth et Stéphane .
De nombreux sujets vont être abordés : les relations de couple, l’anorexie, les migrants, les relations des ados,  le handicap, le mal être …. Mais à force d’accumuler les sujets ceux ci perdent de leur acuité.
C’est le principal écueil que j’ai ressenti en lisant ce roman . L’écriture ou le sens de la narration ne sont pas à mettre en cause. Carine Joaquim maîtrise son sujet et peut être trop. L’échelle de temps pour l’année scolaire ( mais est ce cette échelle de temps qui est prioritaire ?) est respectée mais en même temps Carine Joaquim en est prisonnière et  reste me semble t il sur le pourtour des émotions . Elle semble nous raconter de façon factuelle un certains nombre de situations fortes mais pour lesquelles nous restons étrangers pour reprendre une partie du titre du roman.
Nos corps étrangers sont autant physiques que psychologiques. Carine Joaquim les définit bien mais quand il s’agit  de les approfondir, cela reste à la surface des émotions.
Que gardons nous d’Elisabeth, Stéphane,  Maeva, Sylvain, Ritchie ou Maxence quand nous refermons le roman.
Ils ont tous vécu des moments cruciaux de leur vie mais ils nous reste des étrangers .
Vous comprenez que je reste entre deux eaux à la fin de ce roman. L’écriture,  la force de celle ci est bien présente mais la multitude de sujets importants et vitaux traités superficiellement au fil des pages et qui ne permettent pas un approfondissement des personnages prend malheureusement le dessus.

Résultat de recherche d'images pour "carine joaquim"
 Née en 1976 à Paris où elle grandit, Carine Joaquim vit aujourd’hui en région parisienne et y enseigne l’histoire-géographie. Si elle écrit depuis toujours, c’est depuis six ans qu’elle s’y consacre avec ardeur. ‘Nos corps étrangers’ est son premier roman publié.

Patagonie route 203 d’Eduardo Fernando Varela. Metaillé. 💛💛💛💛

Patagonie route 203 par Varela

 » La vie ne lui accorderait pas une seconde chance: la Patagonie était  tellement immense et illimitée qu’ils risquaient de ne jamais se retrouver, mais par un paradoxe de la géographie,  il arrivait que cette immensité  rapproche les personnes et que leurs chemins se croisent de nouveau  » ( page 349 )
Paradoxe de la Géographie.  La Patagonie est un territoire immense qui couvre le Sud de l’Argentine. Pour le nommer et le matérialiser Eduardo Fernando Varela nous entraîne dans la steppe, le désert,  la cordillère et l’océan.  Nous sautons de méridien en parallèle ,  le vent de face ou de dos mais toujours présent et prégnant. Les nandous et les guanacos batifolent dans ses grandes étendues en essayant de faire fi des interminables fils barbelés.
La Patagonie est striée de routes principales ou secondaires globalement perpendiculaires les unes aux autres. Elles relient des villages, des hameaux aux noms emplit d’histoire,de legende , de solitude et de désespoir :Saline du désespoir, Indien méchant , le ravin des Singes, La Pourrie, La Mule Morte.
C’est dans cette géographie paradoxale que roule le camion de Parker. Celui-ci charge et décharge de la marchandise entre les Ports de l’océan et de la Cordillère.  Il ne roule que sur les routes secondaires.  Il a ses raisons que nous découvrirons peu à peu.  Son camion et la Patagonie représente son univers. Univers qui tient dans son camion : table, chaises, meubles et lit. Imaginer tout cela installé à l’abri du camion, dans la steppe à la clarté des étoiles du Sud, entre onirisme et poésie.
Dans son road trip il va rencontrer Maytén, jeune femme tenant la billetterie d’un Jeu de Massacre dans une fête foraine. Il va en tomber amoureux et l’emmener avec lui au grand dam de Bruno son mari.Va commencer une longue course dans cette immense Patagonie où les personnages sont décalés ou déconnectés.  On croisera un journaliste à la voiture sans frein  qui recherche les épaves des U boat allemands, deux jumeaux boliviens gardien du train fantôme de la fête foraine ou encore des anthropophages.
Cela pourrait paraître absurde mais il n’en est rien dans ce pays de démesure,  et de légende.
Patagonie route 203 est un livre d’un certain lâcher prise et d’une poésie certaine. Eduardo Fernando Varela nous entraîne sur des chemins de traverse ou l’âme humaine vagabonde.
Ses chemins ainsi décrits :Vous continuez tout droit, le jeudi vous tournez à gauche  et à la tombée de la nuit tournez encore à gauche, tôt ou tard vous allez allez arriver à la mer »
Entre temps Eduardo Fernando Valera nous aura perdu dans les dédales d’un train fantôme,  dans les sables humides d’une plage à marée basse aux côtés de Maytén et Parker, aux sons d’un saxophone ou d’un autoradio nasillard sautant de fréquence en fréquence.
Patagonie route 203 est un roman d’ambiance, de paysages mais surtout d’hommes et de femmes cabossés par la vie qui détiennent une part de poésie qui les rend attachants.
On apprécie  faire un bout de chemin avec eux et cette route 203  reste ouverte à tous les vents.

 

correspondances-manosque.org/wp-content/uploads...
Eduardo Fernando VARELA a 60 ans. Il vit entre Buenos Aires, où il écrit des scénarios pour le cinéma et la télévision, et Venise.
Patagonie route 203 est son premier roman.
PRIXPrix Transfuge du Meilleur roman hispanophone – 2020 – Patagonie route 203
Prix Femina étranger : finaliste – 2020 – Patagonie route 203
Prix du Premier roman : sélection catégorie romans étrangers – 2020 – Patagonie route 203
Prix Expression 2020 : sélection (prix de la librairie Expression à Châteauneuf de Grasse) – 2020 – Patagonie route 203
Prix LDB 2020-2021 : sélection (prix de la librairie des bauges à Albertville) – 2020 – Patagonie route 203
Sélection rentrée littéraire Fnac – 2020 – Patagonie route 203
Prix Casa de las Americas – 2019 – Patagonie route 203

Le bruit des avions de Sophie Reungeot. Harper Collins. 💛💛

Le bruit des avions par Reungeot

Le bruit des avions de Sophie Reungeot est un premier roman contemporain se déroulant entre 2015 et 2017.
Le 13 Novembre 2015 , Audrey est au Bataclan lors de l’attentat. Elle arrive à sortir saine et sauve et se précipite dans un taxi où se trouve Laura.
Audrey et Laura sont deux trentenaires bien en phase avec leur époque.
Audrey , originaire d’une famille de Nevers, est montée à Paris pour faire des études d’architecte d’intérieur. Elle travaille et subit Mika , prêtresse de l’architecture de luxe et des nuits parisiennes.
Laura , elle, est joueuse de poker professionnelle. Addict aux tables de poker et au poker on line.
Ce pitch posé, on se dit que le roman va tourner autour de la reconstruction après un attentat, ou encore autour de la relation entre Audrey et Laura.
Et c’est là qu’est la déception.
Cette reconstruction dans un monde post attentat aurait pu être le sujet principal du roman.
Malheureusement ce n’est pas le cas. S’ajoute des relations mère- fille , des mélanges d’histoire entre des binômes : Audrey /Laura – Christine/Betty – Nicole/Josiane .
Le tout noyé dans une profusion de termes anglais pour parler du poker et une bande son anglo saxonne ne se donnant pas la peine d’un minimum de traduction. Tout le monde n’est pas au top en anglais et les paroles de David Bowie ou Kate Bush auraient méritées une traduction.
En définitive , une déception avec une 1ère partie longue de 100 pages avant la rencontre d’Audrey et Laura.
Je m’attendais à un développement psychologique plus important sachant qu’un personnage avait subi un attentat et qu’un autre est addict au poker.
Ce manque de développement psychologique entr’autre fait qu’il est difficile d’adhérer aux personnages de Laura et Audrey.
On reste spectateur de ce Road trip. Il ne fait que passer.

Sophie Reungeot est une rescapée de l’attentat du Bataclan.

Butcher’s Crossing de John Williams 10/18💛💛💛

Butcher's crossing par Williams

Nous sommes dans l’état du Kansas aux États Unis en 1870. Plus précisément à Butcher’s Crossing , en français le carrefour des bouchers.
Et ce village de l’Ouest Américain porte bien son nom. C’est le lieu de rencontre et de vente de peaux pour les chasseurs de bisons.
C’est là que va arriver William Andrews, 23 ans étudiant à Harvard et qui souhaite découvrir la vie sauvage.
Il est venu à Butcher’s Crossing  pour rencontrer Mc Donald un tanneur de peaux que connaissait son père et surtout afin que Mc Donald lui présente des chasseurs afin de monter une expédition.
Ce sera fait.
Il va rencontrer Miller, le seul à savoir où se trouve l’un des derniers troupeaux de bisons caché dans une vallée montagneuse du Colorado.
Pour partir en expédition ils seront 4 : William Andrews, Miller mais aussi Schneider l’écorcheur de bisons et Charley Hoge conducteur du chariot.
L’expédition est formée d’un chariot , de 8 bœufs, de tonnes de poudre, de fusils et de victuailles.
Cette expédition deviendra une quête initiatique dans les grandes plaines et montagnes de l’Ouest Américain.
Âmes sensibles s’abstenir car le carnage des bisons ( comment dire autrement) peut retourner l’âme . J’y reviendrai un peu plus loin.
Mais il ne faut pas s’arrêter à cet état des choses.
L’écriture de John Williams nous restitue à la perfection ces grands espaces, mais aussi la psychologie et la quête de ces quatre hommes.
Comme dans toute quête initiatique il y a l’obligation du dépassement de soi et de la confrontation des hommes et de la nature sauvage.
C’est lyrique mais en même temps d’une réalité totale. C’est là force de l’écriture de John Williams qui  par sa simplicité nous rends compte  du cheminement de ces hommes.
Et par son récit,  John Williams magnifie ces troupeaux de bisons qui vont être victime d’un carnage monstrueux
Il nous dit aussi la force de la nature. Un grand livre de nature writing.
Enfin comment ne pas avoir envie de traverser ces grandes plaines pour rejoindre le Colorado et profiter sereinement et pacifiquement de la nature et des bisons.
« Il huma à pleins poumons l’air parfumé  qui montait de l’herbe, se mêlant à la sueur âcre du cheval. Agrippant fermement les rênes d’une main, il pressa l’animal des talons  et s’élança vers les Grands Espaces. »

L’âge de la lumière de Whitney Scharer. Editions de l’Observatoire .💛💛💛💛

L'âge de la lumière par Scharer

L’âge de la lumière est un très joli roman de Whitney Scharer pour nous raconter la vie romancée de Lee Miller.
Quel maestria pour un premier roman.
Roman historique, biographique mais aussi roman sensuel  et psychologique.
Lee Miller est une jeune américaine de 22 ans qui veut s’éloigner de sa famille et qui vient s’installer en France, à Paris en 1929.
Aux Etats Unis elle était une mannequin réputée,  que mettait en valeur son père Théodore a travers des photos et des nus.
Lee Miller est d’une beauté à tomber par terre mais elle ne souhaite plus être photographiée.
Elle souhaite devenir photographe.
A Paris, dans le monde artistique de 1929 il existe une personne reconnue de tous : Man Ray.
Man Ray est un illustre photographe vivant à Montparnasse et côtoyant Dali, Breton ou encore Cocteau.
Par hasard Lee Miller va rencontrer Man Ray et à force d’obstination elle va convaincre celui-ci de la prendre comme assistante.
D’assistante de Man Ray, Lee Miller deviendra son élève puis son amante.
Cela durera 3 ans de 1929 à 1932.
C’est cette période de  3 ans qui est au coeur du roman de Whitney Scharer.
A travers une documentation de tout premier ordre sur l’époque,  la photographie, Whitney Scharer va nous faire revivre l’évolution amoureuse, psychologique, féminine de Lee Miller, véritable personnage romanesque.
Dans une époque où il est difficile pour les femmes de s’émanciper, Lee Miller va réussir à faire reconnaître son talent alors que  Man Ray la canalise dans un rôle d’assistante et surtout de muse.
Lee Miller porte aussi en elle, l’inceste, le viol de son enfance. Tragédie qui impacte toute relation physique ou amoureuse. L’image du père,  l’image de Man Ray sont la même image de son rapport à  l’homme : une soumission et en même temps un besoin viscéral d’être soi.
Whitney Scharer par son écriture sensuelle donne naissance  un corps à corps physique et mental entre Lee Miller et Man Ray.
Au centre de ce corps à corps, la création,  la liberté, la passion, la dépendance et l’indépendance.
Dépendance au père, à l’amant, à l’homme mais aussi non reconnaissance d’une découverte photographique ( la solarisation ) ou d’une création photographique .
Whitney Scharer parséme son récit de très courts chapitres  pour nous focaliser sur des événements qu’a vécu Lee Miller pendant la Seconde Guerre mondiale.
Devenue reporter de guerre , Lee Miller a été  la première à photographier  Dachau , Buchenwald ou encore Vienne et Berlin.

Ou comment une jeune femme mannequin, se libéra  d’un carcan pour devenir une belle héroïne tragique.

Idaho d’Emily Ruskovich. Gallmeister .💛💛💛💛

Idaho par Ruskovich

Idaho d’Emily Ruskovich est un roman sur la mémoire , ce dont on se souvient , ce que l’on oublie et ce qui nous échappe.
Et dans ce roman un certain nombre de moments nous échappe.
C’est toute la force de ce premier roman d’une grande maturité. c’est un roman exigeant car beaucoup de questions restent volontairement sans réponse.
La structure du roman est aussi exigeante car il y a des allers retours incessant, selon les chapitres,entre 1973 et 2005.
Cela semble normal quand on sait que tout se base sur la mémoire , les souvenirs , le chagrin et la perte.
Le point de départ du livre est un infanticide difficilement compréhensible. Une petite fille de 6 ans , May est tué par sa mère Jenny sous les yeux de son père Wade et de sa soeur June qui s’enfuit.
C’est à travers , Ann , la seconde femme de Wade, qu’Emily Ruskovich va nous proposer une reconstitution partielle des faits.
Cette restitution est partielle car Wade atteint d’une maladie dégénérative, tout comme son père et grand père, a la mémoire qui se délite.
A partir de ces pertes de mémoire qu’en est il d’une perception ou d’une réalité. Que pouvons nous comprendre du comportement des autres alors que nous n’avons pas toutes connaissances.
Jusqu’au bout la tragédie gardera une part de mystère.
ce roman est évanescent et obsédant.
Evanescant comme le sont les paysages de l’Idaho entre chaleur mais aussi paysages hivernaux noyés dans la neige et le vent et relevés par la musique au piano que nous joue Ann.
Autour d’Ann et de Wade , le personnage de Jenny interroge, déconcerte ; mais qu’en savons nous réellement ?
Et pour terminer ce billet je reprendrai un extrait de la critique de Télèrama : « L’auteure sidère par son art de brouiller les pistes, d’enterrer les réponses, de voiler les visages, pour laisser la vérité affleurer par scintillement. »

Concours pour le Paradis de Clélia Renucci. Albin Michel 💛💛💛

Concours pour le Paradis par Renucci

Voilà un premier roman qui tient toutes ses promesses.
Clélia Renucci nous entraîne dans la Venise de la Renaissance et pour le Paradis.
Le 20 Décembre 1577 , le Palais des Doges est en feu et plus particulièrement la salle du conseil et ses peintures monumentales.
L’incendie sera circonscrit mais une grande partie des peintures de la salle du Conseil son partie en fumée.
Afin de remplacer la peinture monumentale ( 25 m x 7m) qui orne cette salle , le Doge de Venise met en place un concours ( on dirait maintenant un appel d’offre) afin que des peintres vénitiens répondent à cette demande .
le cahier des charges est simple :
 » On devra peindre comme c’était avant, la gloire des élus du au Paradis. Vous êtes familiers des peintres qui vont ont précédés ; en personnes éduquées, vous connaissez le sens du Christ en gloire au Paradis; donc vous voyez ce que nous avons à l’esprit  »
5 peintres répondront à cette demande. Parmi eux Véronèse , le Tintoret et Bassano.
La réalisation de cette fresque prendra 25 ans.
C’est cette période que retrace Clélia Renucci dans Concours pour le Paradis.
Nous sommes transportés au sein même de la Sérénissime , de ses canaux , ses campis et ses églises.
Nous vivons les conflits larvés entre Véronèse et le Tintoret. Conflits soulignant leurs différences sociales , picturales mais aussi leur style de vie.
Le Tintoret , austère , tourné entièrement vers son art ; alors que Véronèse parade dans Venise auprès des belles Vénitiennes et des maisons de charme.
Nous découvrons aussi de Rome et de L’Eglise . La république de Venise , indépendante, reste tout de même sous le joug religieux de Rome et du Pape , et il est hors de Question de peindre un Paradis iconoclaste.
Enfin la peinture et les techniques de la renaissance sont à l’honneur pour nous faire prendre conscience du temps nécessaire à l’élaboration d’une toile, puis à sa réalisation.
Un roman à relire lors d’un week end vénitien entre Palais des Doges , Campo di Samuele , Dorsoduro ,Cannareggio et Madonna dell’Orto sur les traces du Tintoret et de Véronèse.
Un livre à l’image de Venise

Les Rêveurs d’Isabelle Carré. Grasset 💛💛

Les Rêveurs par Carré

Les rêveurs est le premier roman de l’actrice Isabelle Carré.
Je reste sur une impression mitigée. Autant le début du livre m’a interpellé, questionné , autant dans la deuxième partie j’ai trouvé cela long et un peu trop nombriliste.
Pour tout dire la lecture de la deuxième moitié du livre m’est apparu ennuyeuse et redondante.
Peut être est ce du au partie pris d’Isabelle Carré de ne pas avoir voulu faire un récit chronologique.
On ne se perd pas dans le livre , mais les incessants allers retours dans la jeunesse de l’auteur enlève le poids et la force d’un récit autobiographique linéaire.
Il est vrai que ces allers retours incessants font aussi entrevoir la difficulté de mettre des mots sur des souvenirs , des émotions.
Je n’ai pas réussi à aller derrière le sourire et la discrétion d’Isabelle Carré.
En réalité telle qu’on la connait lors de ces interviews.
Dans cette autobiographie , elle nous dit bien que cela est son grand combat et que l’image qui est donnée d’elle n’est pas conforme.
Cela paraît évident à la lecture des souvenirs de sa vie familiale entre dépression, révélation de l’homosexualité du père et tentative de suicide.
Malgré l’écriture d’Isabelle Carré , la bande son du livre ( Quelle bonne idée !) ou encore les flashs des années 1970/1980 je n’ai pas réussi à complètement entrer dans l’univers d’Isabelle Carré.
Les rêveurs resteront éthérés .