Le silence et la colère de Pierre lemaitre. Calmann-Levy. 💛💛💛💛

Voici le retour de la famille Pelletier. Quel plaisir !
Nous avions laissé la famille Pelletier dans l’après guerre entre Liban, France et Indochine.
Louis et Angèle Pelletier vivent toujours à Beyrouth et travaillent au développement de leurs entreprise de savon.
Etienne le plus jeune des enfants est décédé en Indochine. Hélène est photographe, François est journaliste et Jean se lance dans l’ouverture d’un commerce.
Le Silence et la colère est une grande fresque familiale, sociale, sociétale.
Pierre Lemaitre mélange les destins personnels et L Histoire sociale et économique de la France.
Grâce à son sens de la narration, Pierre Lemaitre nous entraine dans un tourbillon d’histoire , le tout concentré sur deux mois en 1952.
Notre famille Pelletier est aux prises avec les grands défis de l’époque : la construction d’un barrage dans l’Yonne à Chevrigny ( toute coïncidence avec la barrages de Tignes dans la vallée du Chevril est voulue ) , la douloureuse question de l’avortement et de la libération du corps de la femme , l’arrivée des grands magasins et ses corollaires, le prix coûtant, les grèves, le mouvement social.
Sans oublier ce cher Jean – Bouboule aux prises avec ses démons mortifères.
Pierre Lemaitre nous dépeint avec précision et réalité le paysage de la France d’après guerre où les relents de vichyssisme et de collaboration sont toujours présents.
Et c’est donc avec un plaisir toujours autant décuplé que nous nous mettons dans les pas de cette famille Pelletier.
Nous sommes inquiets pour François et Nine. Leur amour sera -t-il plus fort que les mystères qui entourent Nine.
Nous sommes abasourdis ( et peut être outré ) par le comportement du commissaire Palmari et par les lapins du laboratoire Delaveau.
Nous sommes combatifs avec Héléne et les habitants de Chevrigny pour retarder la disparition de leur village.
Nous sommes atterrés par la vénalité de certains et nous sommes émus par Petit Louis.
Enfin que dire de Geneviève et Jean . Nous sommes tiraillés entre grand guignol et drame.
A la suite de le grand monde , le silence et la colère est un roman émouvant, addictif qui nous rappelle que la noirceur d’âme existe , tout comme co-existe l’amour, la générosité , le collectif.
Pierre Lemaitre à l’intelligence de nous distiller tout cela dans un grand roman populaire qui foisonne.


Pierre Lemaitre, né le 19 avril 1951 à Paris, est un écrivain et scénariste français.

Il reçoit le prix Goncourt en 2013 pour Au revoir là-haut et un César en 2017 pour l’adaptation de cette même œuvre.

Pierre Lemaitre passe sa jeunesse entre Aubervilliers et Drancy auprès de parents employés1, qu’il situe politiquement « à gauche »2,3.

Psychologue de formation et autodidacte en littérature4, il effectue une grande partie de sa carrière dans la formation professionnelle des adultes, leur enseignant la communication, la culture générale ou animant des cycles d’enseignement de la littérature à destination de bibliothécaires.

Il se consacre ensuite à l’écriture en tant que romancier et scénariste, vivant de sa plume à partir de 20061. Il assure chaque mois la rubrique Classiques et Cie dans Le Magazine littéraire jusqu’au changement de nom de ce magazine. De 2011 à 2013, il est administrateur de la Société des gens de lettres5.

Après avoir quitté Arles, il réside en 2023 dans l’agglomération de Périgueux6. ( Wikipédia )


Les morts et le journaliste d’Oscar Martinez. Métailié Essai. 💛💛💛💛

Oscar Martinez , journaliste salvadorien nous livre un témoignage poignant, bouleversant et exceptionnel sur son métier et la façon de le faire.
Le titre de cet essai est clair : les morts et le journaliste.
Le Salvador petit pays d’Amérique Centrale est gangréné par la violence des gangs ( pandilla ) et la pauvreté de sa population. le nombre d’homicide annuel est supérieur à 100 pour 100 000 habitants. Dans tous les quartiers les plus chauds de la planète , ce nombre dépasse à peine 50 pour 100 000 habitants.
Le titre du premier chapitre annonce la couleur : lisez ou laisser tomber. et Oscar Martinez de continuer : « La fin, je vous l’ai déjà racontée :les cadavres démembrés de trois frères salvadoriens jeunes et pauvres ont été retrouvé dans un champ de canne à sucre sans nom. si vous décidez de ne pas me lire, je vais vous éviter de tourner les pages . La dernière ligne de ce livre sera la suivante :Il y a des morts. Point. « 
Ces trois frères salvadoriens sont des sources d’Oscar Martinez. Ces trois frères ont décidé de témoigner et ces témoignages seront la cause de leur mort à venir.
Dans son essai, Oscar Martinez va entremêler le regard qu’il porte sur les faits et témoignages ainsi que ces réflexions sur ce qu’est le journalisme .
A tout moment cela est éloquent , qu’il s’agisse de la violence de la société salvadorienne ou qu’il s’agisse de la réalité du journalisme. Tout devient universel. Que ce soit le sort d’un paysan d’un enfant , du membre d’un gang ou d’un journaliste.
Cet essai nous rappelle les risques et les raisons du métier de journaliste. Ce rappel est salvateur, brutal mais tellement pertinent.
 » Tellement de journalistes l’ont dit. Notre travail ne consiste pas à être à l’endroit indiqué à l’heure indiquée. Ca, c’est le boulot des livreurs de pizzas ou de trains. Notre travail implique d’autres verbes : comprendre, expliquer, dévoiler, révéler, affirmer, questionner. »
« Je crois que journaliste, ce n’est pas le plus beau métier du monde. C’est juste un slogan. Ne le répétez pas., remettez le en cause « 
« L’honnêteté est un lieu commun. Sois honnête, sois honnête, sois honnête. C’est ce qu’on appelle enfoncer une porte ouverte. Etre honnête c’est surtout être brutal. Etre honnête c’est quelque chose qui se gagne.
Si l’honnêteté ne bouleverse pas le journaliste qui la propose, ce n’est pas de l’honnêteté, c’est tout au plus de l’angélisme ou de l’hypocrisie: je veux te sauver, je veux que le monde connaisse ton histoire, je veux changer ce monde, je veux la justice…
Ce n’est pas la même chose de dire à une source que tu veux raconter son histoire que de dire que tu veux le faire sans que cela signifie en aucune façon lui sauver la vie « 


Oscar MARTÍNEZ est un journaliste d’investigation et écrivain salvadorien qui travaille pour elfaro.net, journal en ligne spécialisé sur les sujets de violence, migration et crime organisé. Il a remporté de nombreux prix tout au long de sa carrière, notamment le prix Fernando Benítez de journalisme, le Prix des droits de l’homme et le Prix international de la liberté de presse.

Mes vies parallèles de Julien Leschiera. La Dilettante. 💛💛💛

Voici un premier roman et un auteur qui risquent l’originalité , le sujet casse gueule et qui s’en sortent plutôt bien.
En troisième de couverture un avis laconique : Ce premier roman ne contient pas une once de bonheur, c’est un feel-bad book. Une couverture au graphisme noir et blanc représentant un poil dans la main.
Tout cela pour un livre de plus de 500 pages à la pagination serrée dans laquelle une aération due aux paragraphes est peu présente.
Avouez qu’il y a mieux pour inciter à la lecture d’un roman.
Et pourtant Julien Leschiera, libraire à Clermont-Ferrand va nous arrimer à son feel-bad book.
Première phrase du roman :D’aussi loin que je me souvienne, je n’ai jamais désiré autre chose que ne rien faire « 
La gageure de Julien Leschiera sera de surfer sur ce pitch très court. Et il tiendra la gageure.
Charles Dubois l’anti-héros de ce livre est un être avachi. Déjà intra-utérin le gynécologue avait prévenu les parents : votre bébé est mou et avachi.
Charles le sera toute sa vie. D’avachi il deviendra faineasse ou feignasse.
Charles est un oisif.
Charles Dubois est un anti héros flamboyant, exaspérant qui fuit la vie et la réalité. Il se raccroche à des vies parallèles dans lesquelles son avachissement est moindre.
Cet avachissement n’est pas un acte politique. c’est juste une façon d’être : tout faire pour passer inaperçu et être invisible au monde. Il pense qu’en s’oubliant on l’oubliera à son tour. Bien que maître dans l’art de ne rien faire le monde est loin de le laisser tranquille.
Il devra faire face aux affres des copains et des copines , aux affres d’une vie de couple pour la moins monacale et autarcique. Il fera aussi des expériences ratées, mais comment pouvait il en être autrement, auprès du monde de l’édition et des médias. Son oisiveté réussira même à lui faire traverser l’Amérique latine.
Contrairement au titre , les vies parallèles restent secondaires et c’est la multitude d’aventures qui prend le pas.
Cela peut être la limite du livre , car pour être un oisif de qualité , il faut avoir autour de soi des coups du destin aux bon moments . Des rencontres fortuites, une aide financière facilitent l’oisiveté.
Cela n’enlève rien à la qualité de ce premier roman ,tenu avec habileté sur plus de 500 pages par Julien Leschiera alors que le sujet du roman prédisposé à la glissade assassine.
500 pages pour transmuter un possible récit cafardeux en récit enlevé et parfois picaresque.

10 000 !

Vous êtes en ce jour 10 000 à avoir visité mon blog.

Je vous en remercie.

Ce chiffre en soi n’est pas exceptionnel , mais il marque néanmoins un passage. Il marque l’intérêt que vous apportez à mes chroniques et au partage que vous en faite.

je suis toujours surpris par votre géographie. Bien sûr vous venez en très grande majorité de France et d’Europe. Mais les différents continents sont tous représentés et c’est un moment magique de s’apercevoir qu’une chronique a été lue aux Iles Salomon , au Cap Vert ou bien encore au Liban ou au Mali.

Ce blog n’a pour seul but que de faire découvrir des auteurs , des romans , des émotions. Parfois la relation , l’intimité ne se fait pas mais cela reste rare.

Bien à vous.

Alain.

Des lendemains qui chantent d’Alexia Stresi. Flammarion . 💛💛💛

La quatrième de couverture m’a donné envie de me lancer dans l’histoire de Elio Leone , jeune ténor napolitain vouant une admiration sans borne à Guiseppe Verdi.
Des lendemains qui chantent d’Alexia Stresi va nous faire découvrir Elio Stresi quand il reçoit une ovation monumentale à Paris , à l’Opéra-Comique, lors de la première de Rigoletto de Verdi.
Il n’est pas le ténor vedette , mais il va lui voler la vedette.
A l’origine de cette ovation , sa voix bien évidemment , mais aussi Mademoiselle Renoult qui le couve depuis trois ans.
Rien ne prédestinait Elio Leone à cette gloire.
Elio est né avant la Première Guerre mondiale et devint orphelin dès la naissance.
L’histoire est belle : Orphelin et l’un des plus grands ténors du siècle. Cela ressemble au feel-good et à la voie royale.
Ce ne se sera pas le cas.
La vie d’Elio Leone est plus complexe que cela.
Alexia Stresi va s’employer avec une puissance romanesque à faire vivre un certain nombre de personnages au tour d’Elio. Mademoisselle Renoult ou avant elle Guiseppe Troppeano auront été des accompagnateurs. Fernande lui signifiera ce qu’est l’amour et son corollaire : la maladie d’amour. Clairvius sorcier vaudou d’Haïti énergisera sa torpeur.
Ce n’est pas toujours égal et certains moments du roman manquent de souffle et de réalisme. ( entre autre en Haiti ou lors des retrouvailles entre Elio et Fernande )
Néanmoins les scènes de jeunesse d’Elio, sa situation pendant la guerre , ou encore ses jours à la Casa Verdi sont pleine d’émotion .
Quand à Verdi et la musique classique, ils irriguent ce roman de la Force du Destin.
En synthèse , un roman qui se lit avec plaisir malgré quelques passages manquant du peps de la musique de Verdi.


Alexia Trouillard Stresi est une actricescénariste et romancière française née le 11 septembre 1971 à Nantes.

Alexia Stresi appartient à une famille d’artistes : sa mère est danseuse classique, son grand-père chanteur d’opéra et sa grand-mère pianiste1.

En 2017, elle publie son premier roman, Looping, qui est retenu dans la sélection finale du prix Goncourt du premier roman3.


Le succès n’est pas la seule des réussites, ni peut être la plus belle.

Guiseppe Verdi

On ne se baigne pas dans la Loire de Guillaume Nail. Denoël. 💛💛💛💛

Premier roman mais que de qualité, de tensions , d’originalité.
Pour écrire son roman , Guillaume Nail s’est inspiré d’un drame arrivé en juillet 1969 à Juigné sur Loire : la mort de 19 jeunes adolescents par noyade dans la Loire.
Un groupe d’adolescents de 16 à à 17 ans en termine avec une colo de six semaines. C’est le dernier jour. On m’est en place un pique nique sur les bords de la Loire.
Benoit et Pauline encadrent ses ados : Pierre, Gus, Totof, Farid , Pavel, Youssou, Jonas, Kévin, Nathan, Adone.
Soudain la phrase résonne au coeur du silence : On va se baigner ?
Ce court roman de 150 pages est fiévreux, tendu, insouciant comme cette bande d’ados.
Guillaume Nail va poser son regard et son stylo sur certains d’entre eux , auxquels il donnera à chacun des chapitres.
Des moments de vie, de difficultés, d’émois. Benoit et un fetichisme malsain ,
Pierre et un pull rose qui en font Pupulle , les émois de Pauline , le mal être parental de Gus.
Le tout écrit dans une langue étonnante faite de phrases courtes, de formules innatendues. Cela peut surprendre, mais c’est l’écriture d’une jeunesse de son temps.. Numérique, rapide, desinhibée semble-t-il.
« Faut oser un peu.. On n’à qu’une vie « 
« Ils cul-séchent leurs bières « 
« Il a couiné juste assez fort pour que Farid se retourne, qui revient, merci, sens inverse.Tout lent d’abord « 
 » Lui préfère l’instinct, hop zim boum »
 » les enfants pyjamas  »  » le grille-pain saute les tartines « 
Et puis il y a une écriture poétique pour dire La Loire. Quatre moments dans le roman pour parler du fleuve, de l’amont, de l’aval et de l’estuaire.
Des moments de calme apparent, de beauté lente et majestueuse . Mais la Loire est en réalité comme ce roman : fiévreuse et sous tension.

Un magnifique premier roman rehaussé d’une playlist qui caractérise bien les ressentis et émotions :
A nouveau sauvages – Un peu de mélancolie heureuse – Une version améliorée de la tristesse – Les Hautes Lumières – On brûlera.

Une flamme dans la main nous éclaire le passage
Redevenus païens au milieu du feuillage
Une flamme dans la main nous éclaire le visage
Sur le rivage enfin
A nouveau sauvages
[ Ramo – Thomas Emeriaux.


Guillaume Nail a de multiples talents. Il est traducteur de formation. Il est scénariste et journaliste. Il est aussi comédien.
Egalement auteur jeunesse, Qui veut la peau de Barack & Angela est son premier roman.
Guillaume partage son temps entre Paris et Barneville-Carteret, dans le Cotentin (50).

La playlist de On ne se baigne pas dans la Loire :

https://www.deezer.com/fr/playlist/11141260344

La dernière Reine de Jean Marc Rochette. Casterman . 💛💛💛💛💛

Ailefroide , Le loup et maintenant La dernière Reine. Ce n’est pas une trilogie en tant que telle et pourtant. Jean Marc Rochette avec ces trois romans graphiques a fouillé la montagne des Ecrins ,du Vercors et sa nature jusqu’à traquer le loup et l’ours.
Autant les deux premiers romans graphiques étaient saturés du blanc de la neige et du bleu du ciel , autant La dernière reine est sombre .
La dernière Reine mêle deux histoires : celle d’Edouard Roux , gueule cassée de la première guerre mondiale et celle de la montagne avec la lutte irrémédiable entre la nature et l’homme.
Edouard Roux est né dans le Vercors. Il est le Vercors. Il porte en lui les traditions séculaires , il porte en lui la forteresse calcaire du Vercors. Il garde en souvenir le jour où un chasseur a tué le dernier ours du plateau.
La première guerre mondiale en fera une gueule cassée, un homme qui se cache jusqu’au jour où il rencontrera Jeanne Sauvage , artiste animalière de Montmartre , qui lui redonnera vie au travers d’un masque..
Edouard lui fera découvrir la vie sauvage du Vercors. Son enracinement. Sa nature.
Comme dans Ailefroide ou le Loup Jean Marc Rochette recherche une symbiose avec la nature, les animaux , la montagne.
Dans La dernière Reine cette symbiose est en danger et c’est d »un trait noir que Jean Marc Rochette nous donne un portrait noir et pessimiste de la communauté humaine.
Le respect du vivant est un concept difficile à faire vivre.
Le graphisme , les couleurs sont à l’unisson de ce pessimisme et de cette noirceur.
Et pourtant les plages mettant en avant les montagnes du Vercors et sa nature sont lumineuses malgré la folie humaine.
Habitant en Isère, le Vercors est un lieu dans lequel je randonne régulièrement.
Le Vercors est une terre dure , avec une tradition ancrée dans les mémoires. Les paysages sont empreint de cette nature et de la présence réelle ou virtuelle du loup et de l’ours.
Randonner dans le Vercors à l’ombre du Grand Veymond ou du Mont Aiguille est un appel au retour aux choses simples


C’est cette identité que nous délivre Jean Marc Rochette. Une gueule cassée par la folie des hommes, sous une cagoule, qui embrase la beauté du Vercors.
Une artiste animalière ouverte au monde.
Cette artiste , Jeanne Sauvage , qui rencontre à Paris ,Soutine en train de créer son tableau : Le Bœuf écorché.
Le Bœuf écorché que contemplera Jean Marc Rochette au Musée de Grenoble dans les premières pages d’Ailefroide. La trilogie alpine est en place.
Une réflexion globale sur la montagne , la nature, l’art, la beauté mais aussi la bêtise humaine.
Il est certain que Jean Marc Rochette a vu l’ours le loup et peut être le renard et la belette.

Jean-Marc Rochette, né le 23 avril 1956 à Baden-Baden (Allemagne)1, est un peintre, un sculpteur, un illustrateur et un auteur de bande dessinée français.

Il est connu pour être le co-créateur des séries Edmond le cochon, en 1979, et Le Transperceneige, à partir de 1982, ainsi que le créateur de la trilogie Ailefroide, altitude 3954 en 2018, Le Loup en 2019, La Dernière Reine en 2022.

Méditer comme une montagne de Jean Philippe Pierron. Les Editions de L’Atelier. 💛💛💛💛

Ce livre est un essai philosophique qui tente de redonner un ancrage spirituel à nos relations , attentions et égards auprès de la Terre.
Le sous titre du livre le confirme : Exercices spirituels d’attention à la terre et à ceux qui l’habitent.
Jean Philippe Pierron inclut tout cela dans un mot : l’Ecospiritualité.
C’est un essai exigeant qui traite du lien de l’homme au monde , à la nature, au différents vivants.
Cet essai est une réflexion sur l’écologie profonde.
« L’écologie profonde concerne nos attitudes originaires, personnelles ou collectives, qui nous font considérer la nature non pas comme un bien à exploiter mais comme un partenaire avec lequel se relier. En revenant à cette dimension relationnelle et en l’envisageant d’une manière spirituelle, il s’agit de travailler sur les racines de la crise écologique  » P.32.
L’écologie ne doit pas être présenté en termes techniques car la solution ne sera que technique. on risque une écologie de réparation et non une écologie de fondation.
L’écologie profonde doit être une conversion. L’écologie profonde c’est le sens et la place que nous donnons à  » l’être humain » sur la Terre.
C’est cette idée que va brasser l’auteur en nous parlant de prière , de méditation mais aussi en nous faisant réfléchir sur l’attention ou encore sur la différence entre individualisé et et individuant.
Une notification Facebook nous rappelant un anniversaire est individualisée mais reste une notification.
Souhaiter de soi-même un anniversaire ( même avec retard ) est une attention , un acte individuant.
Reprenant le concept développer par Baptiste Morisot dans Manières d’être vivant , Jean Philippe Pierron nous parle des égards ajustés. Un exemple parlant : Dans un village , un captage d’eau. Pour le protéger, celui ci est clôturé. L’eau appartient -elle seulement aux hommes. Pourquoi ne pas la partager avec les animaux , les végétaux ?
L’écospiritualité n’est pas chose facile et demande de changer nos logiciels.
Alors pourquoi ne pas commencer à s’imprégner du vivant autour de nous.
Des méditations de pleine conscience pour faire travailler ces cinq sens : la vue , l’odorat, le goût, le toucher, l’ouïe.
Un petit bémol suite à la lecture de cet essai.
La spiritualité sur laquelle s’appuie Jean Philippe Pierron est une spiritualité provenant de la Bible , des Ecritures de Saint François d’Assise , de Pierre Teilhard de Chardin ou encore d’encycliques papales.
Il me semble que l’écospritualité est existante aussi dans le bouddhisme, l’hindouisme, ou encore dans les tribus amérindiennes.
Reste un essai salvateur , qui doit pouvoir résonner en nous afin de donner de l’attention à la Terre et aux manières d’être vivant.

Agrégé et docteur en philosophie, Jean-Philippe Pierron est Professeur de Philosophie. Ancien doyen de la faculté de philosophie de Lyon III et directeur de l’école doctorale. Désormais Professeur à l’Université de Bourgogne et membre de son comité régional d’Ethique, il centre ses recherches sur l’imagination morale autour de l’éthique médicale comme de l’éthique de l’environnement. Co-fondateur de la chaire Valeur(s) du soin, il est l’auteur de nombreux ouvrages portant sur la santé, l’écologie, le soin, ses valeurs et relations.

D’une Ile à l’autre de Patrick Renou. Pocket. 💛💛

L’auteur , Patrick Renou a découvert dans les archives de la Compagnie transatlantique la destinée de Milena Leneth. Cette jeune femme embarqua en 1946 sur le paquebot Ile de France depuis Cherbourg pour rejoindre New York. Milena est lettone et juive . Elle fuit le nazisme , sa famille ayant été anéanti dans les camps de la mort.
Elle est enceinte de Sarah qui naîtra sur le paquebot. L’homme qu’elle aime , Boyan l’a accompagné jusqu’à Cherbourg mais n’a pu monter sur le navire.
A partir de cette trame Patrick Renou va tisser un roman autour de cette traversée transatlantique et de l’arrivée de Milena et Sarah à New York.
Ce roman se lit sans déplaisir mais ne nous entraine pas dans son sillage pour reprendre une métaphore maritime.
Pourtant pendant ce voyage , nous apprendrons les détails et les horreurs d’une vie juive durant les années de guerre. Nous circulerons entre le différents ponts et classes du paquebot. Nous rencontrerons même Charlie Parker , Marcel Cerdan.
Nous sentirons le froid glacial et les frimas au large de Terre Neuve.
Mais cela restera terriblement documentaire.
J’ai été irrité par les énumérations successives quelques soient les sujets qui remplissent des pages. Qu’il s’agisse des mots techniques concernant un paquebot, des énumérations des voitures américaines , des acteurs , des jazzman, des lieux des Etats Unis , de New York et tant d’autres ( des lieux de Paris par exemple ) Une inflation d’énumération ne fait pas un roman.

Cinq pages néanmoins sont empreintes d’une émotion très forte. Il s’agit de l’épilogue. Dans celui ci la narratrice est la petite fille : Sarah. Cinq pages concentré dont on regrette qu’elle ne furent l’ensemble du roman.

Patrick Renou est un écrivain français né à Paris en 1954.

Abondance de Jakob Guanzon. La Croisée. 💛💛💛💛

Une couverture de roman qui dit beaucoup de ce premier roman de Jakob Guanzon .
Trois à-plats de couleurs : Rouge , Bleu comme le ciel et un quart de rond jaune pour le soleil. Des couleurs qui invitent à l’espoir , à l’ Abondance du titre du roman.
Mais il y a surtout une frise noire qui traverse ces trois couleurs. Et de cette frise noire se détachent en ombre chinoise , un pick-up et un homme de dos tenant un petit garçon par la main.
L’ombre et la lumière. Un moyen de se réapproprier son destin. Comment transformer l’ombre en lumière. Comment rendre visible l’ombre.
L’ombre c’est la vie d’Henry qui peu à peu s’est défaite jusqu’à vivre avec son fils Junior dans un pick-up. Les Etats-Unis des années 2015.
Henry a tout perdu : parents, femme, famille, boulot, reconnaissance sociale.
Il a plongé : la drogue, la violence , la prison.
L’Amérique ne l’a pas aidé. Elle abandonne facilement les laisser pour compte sur le bord de la route.
Alors défile l’Amérique périphérique avec ses mobil home, ses commerces et stations services miteux, ses motels défraichis et sa population délaissée.
Abondance est un portrait noir , éprouvant de cette nouvelle Amérique sauvage.
L’ Amérique n’est pas seule responsable de cette noirceur. Henry a sa part d’ombre et celle-ci met un sacré abat-jour sur la lumière. Mais cela mérite -il d’être traité comme un moins que rien.
Chaque chapitre de ce roman a pour titre un montant de dollars. Ces dollars dont à besoin Henry pour survivre.
Un décompte qui nous prend au tripes car il nous donne à voir la vie quotidienne de quelqu’un qui a tout perdu … sauf son fils.
La finesse du regard de Jakob Guanzon empêche que nous tombions trop bas bien que la tragédie soit présente.
C’est un roman qui frappe fort comme l’indique le New York Times sur le bandeau de couverture.
C’est un roman qui perturbe et dont on ne ressort pas indemne.
Les aléas de la vie pourraient faire de nous des Henry ou des Junior.
l’ Abondance n’est pas la chose la mieux partagée dans ce monde.

JAKOB GUANZON est diplômé de sociologie et littérature de l’université de Columbia. Il a travaillé à Madrid comme professeur, traducteur et éditeur. Abondance est son premier roman, publié dans la maison indépendante Graywolf Press (Max Porter, David Treuer…). Abondance a été acclamé par la presse et les lecteurs, et sélectionné pour le National Book Award. Il est en cours de traduction dans plusieurs pays. Jakob Guanzon vit aujourd’hui à New York.