Archives pour la catégorie Roman historique

La Fièvre de Sébastien Spitzer. Albin Michel . 💛💛💛💛

La Fièvre par Spitzer

La Fièvre est le troisième roman de Sébastien Spitzer. Comme dans ses deux romans précédents Sébastien Spitzer part d’un fait historique pour ancrer son roman .
Dans Ces rêves qu’on piétine il s’agissait de la chute du Troisième Reich et de Martha Goebbels
Dans le Coeur Battant du monde nous étions  à Londres dans les années 1850 autour de Marx et de son fils
Dans La Fièvre nous sommes à Memphis Tenessee en 1878 alors qu’une épidémie se déclare avec Anne Cook tenancière de bordel, Keathing journaliste proche du Ku Klux Plan et Raphaël T . Brown ancien esclave. Trois personnages ayant réellement existés.
C’est la force de Sébastien Spitzer.  Quelque soit le roman, sa capacité à lier histoire et fiction est au rendez vous. Tous ces personnages , réels ou fictifs ont une profondeur, une psychologie une humanité.  Humanité s’éntendant positivement ou négativement.
Par un raccourci temporel étonnant,  le roman nous parle d’une épidémie de Fièvre jaune et nous entendons aussi pandémie de Coronavirus et crise sanitaire. Quand la fiction et le réel se télescopent à 150 ans d’écart.
Mais revenons à  Memphis en juillet 1878 au bord du Mississippi.  Tout est en place pour que des hommes et des femmes ancrés dans leurs certitudes soient confrontés à l’épidémie,  la peur, la mort.
Ces certitudes qui voleront en éclats  et qui feront de certains des héros et d’autres des lâches.  Héros ou lâches insoupçonnés.
Sébastien Spitzer sonde comme toujours l’âme humaine et souvent l’âme des plus défavorisés ou de ceux qu’on laisse sur le bord du chemin.
A côté d’Anne Cook, de Keathing et de Raphaël T. Brown il y a Emmy, cet enfant de 13 ans, métis, qui va être le fil rouge de ce roman.
A la recherche de son père, et protégeant sa mère elle va vivre intensément  les ravages de cette épidémie mais découvrir aussi la capacité de résilience  de personnes auxquelles elle n’aurait pas donner le Bon Dieu sans confession.
En parlant de Bon Dieu,  vaut il mieux être sous la protection de la mère abesse du couvent Sainte Mary ou sous la protection de la mère maquerelle Anne Cook ?
L’épidémie révèle la profondeur de l’âme et exacerbe aussi les sentiments et les idées : Racisme, Ku Klus Klan , délation,  violence, négation de l’autre.
Mais dans ce marécage humain, certains  arrivent à sortir de cette fange  et à simplement exister  pour  l’autre, par delà le bien et le mal.
Ce ne sont pas que des personnages de roman.  Ce sont des femmes et des hommes qui en Juillet 1878 à Memphis Tenessee  ont élevé la dignité humaine.
Cette dignité humaine qui reste le filigrane des romans de Sébastien Spitzer.
Des romans toujours en empathie avec les êtres,  quels qu’ils fussent  bons, méchants,  réels ou fictionnels.
Des romans sur la grande et la petite histoire des femmes et des hommes de ce monde.
Simplement.

Sébastien Spitzer, après une CPGE, étudie à l’Institut d’études politiques de Paris1 avant de se tourner vers le journalisme, travaillant pour Jeune AfriqueCanal+M6TF1Marianne ou Rolling Stone.
À partir des années 2010, il devient également romancier et décroche plusieurs prix, dont
le prix Stanislas (2017)2
le prix Emmanuel-Roblès (2018)3.
le prix Méditerranée des lycéens (2018)4.

Nefertari Dream de Xavier – Marie Bonnot. Belfond.💛💛💛💛

Nefertari dream par Bonnot

C’est une plongée  dans l’Égypte contemporaine et dans l’Égypte millénaire.
Xavier-Marie Bonnot met face à face les dynasties pharaoniques et le pouvoir dictatorial d’Hosni Moubarak.
Les deux lieux centraux de son roman sont Louxor, la vallée des rois, le Nil et le Caire avec entrautre la place al Tahrir.
Louxor, la vallée des rois,  la plaine du Nil respirent l’Égypte traditionnelles. Les Égyptiens vivent encore au rythme de la rive des Morts et de la rive des vivants.
Traversant le Nil à Louxor pour se rendre dans la vallée des rois et auprès des temples,  beaucoup d’Egyptiens contribuent à  l’essor du tourisme en tenant des bazars, des boutiques qui vendent de l’antique en toc.
Au milieu de ces cars de touristes, de ces boutiquiers il y a Rodolphe. Rodolphe Cordier est archéologue  et toute sa passion est braquée sur la découverte d’une tombe dans la vallée des Reines.
Nous sommes en Novembre 1997 et l’attentat de Deir al Bahari à  Louxor va faire 62 morts et des centaines de blessés.
C’est une déflagration pour l’ Égypte.
Déflagration pour le peuple égyptien vivant du tourisme et du commerce des antiquités
Déflagration pour l’Égypte et le pouvoir avec l’installation de l’islamisme radical et des Frères Musulmans.
Déflagration pour Rodolphe qui n’a jamais regardé en face ce pays pauvre qui plie sous une dictature pesante.
Au Caire, Noah fille de Louxor retrouve Amina, son amie d’enfance devenue médecin et militante islamiste.
A travers les personnages de Rodolphe et Nora , Xavier-Marie Bonnot va nous faire vivre les 20 ans qui ont bousculé l’Égypte et fait émerger les Printemps arabes.
C’est passionnant, sans manichéisme aucun.
Tour à tour sont évoqués le colonialisme,  la prédation culturelle ( statues – fresques -momies ), la montée en puissance de l’islamisme, la dictature féroce.
Et en filigrane de cette histoire moderne, sont toujours présents  les bords embrumés du Nil,  la vie quotidienne des Égyptiens  et cette civilisation millénaire  avec ce culte des Morts et de la vie.
« Elle s’est tournée vers l’Ouest. El Kurn, la montagne au flancs profonds, aux roches secrètes qui taisent, e leurs lèvres de calcaire, les morts qui y gisent encore. » ( page 349 )
Un très joli roman sur l’Égypte d’aujourd’hui et sur cette civilisation millénaire qui nous fait rêver.
Comment oublier la douceur des berges du Nil , dans la douceur nimbée du soir, le couchant irradiant la montagne El Kurn

Les gardiens de la lagune de Viviane Moore. 10X18.💛💛💛

Les gardiens de la lagune par Moore

Voici un livre qui permet de passer un bon moment de lecture. Roman historico policier qui permet d’approfondir ses connaissances historiques.
Dans le cas présent Viviane Moore nous entraîne dans la Serenissime ( Venise) au Moyen Âge est plus particulièrement dans les années 1100.
Les gardiens de la lagune protègent Venise du monstre qui sommeille sous l’archipel. Ce monstre que l’on devine quand la brume engloutit Venise et la lagune.
Cette légende est un prétexte à l’histoire que va tisser Viviane Moore.
Le plus important n’est pas l’histoire policière. Celle ci se révèle simple avec quelques artifices.
Mais le plus important n’est pas là .
Le personnage principal, omniprésent est Venise.
La Venise moyenâgeuse d’avant la construction du Palais des Doges , d’avant le Grand Canal.
La Venise des petites gens, des métiers artisanaux, mais aussi des brocarts, des Damas et du commerce avec l’ Empire byzantin.
Alors c’est avec plaisir que nous suivons l’enquête d’Hugues de Tarse auprès du doge Vitale Michiel .
C’est enlevé, ludique, historique.
Un bon moment de détente.

 

L’âge de la lumière de Whitney Scharer. Editions de l’Observatoire .💛💛💛💛

L'âge de la lumière par Scharer

L’âge de la lumière est un très joli roman de Whitney Scharer pour nous raconter la vie romancée de Lee Miller.
Quel maestria pour un premier roman.
Roman historique, biographique mais aussi roman sensuel  et psychologique.
Lee Miller est une jeune américaine de 22 ans qui veut s’éloigner de sa famille et qui vient s’installer en France, à Paris en 1929.
Aux Etats Unis elle était une mannequin réputée,  que mettait en valeur son père Théodore a travers des photos et des nus.
Lee Miller est d’une beauté à tomber par terre mais elle ne souhaite plus être photographiée.
Elle souhaite devenir photographe.
A Paris, dans le monde artistique de 1929 il existe une personne reconnue de tous : Man Ray.
Man Ray est un illustre photographe vivant à Montparnasse et côtoyant Dali, Breton ou encore Cocteau.
Par hasard Lee Miller va rencontrer Man Ray et à force d’obstination elle va convaincre celui-ci de la prendre comme assistante.
D’assistante de Man Ray, Lee Miller deviendra son élève puis son amante.
Cela durera 3 ans de 1929 à 1932.
C’est cette période de  3 ans qui est au coeur du roman de Whitney Scharer.
A travers une documentation de tout premier ordre sur l’époque,  la photographie, Whitney Scharer va nous faire revivre l’évolution amoureuse, psychologique, féminine de Lee Miller, véritable personnage romanesque.
Dans une époque où il est difficile pour les femmes de s’émanciper, Lee Miller va réussir à faire reconnaître son talent alors que  Man Ray la canalise dans un rôle d’assistante et surtout de muse.
Lee Miller porte aussi en elle, l’inceste, le viol de son enfance. Tragédie qui impacte toute relation physique ou amoureuse. L’image du père,  l’image de Man Ray sont la même image de son rapport à  l’homme : une soumission et en même temps un besoin viscéral d’être soi.
Whitney Scharer par son écriture sensuelle donne naissance  un corps à corps physique et mental entre Lee Miller et Man Ray.
Au centre de ce corps à corps, la création,  la liberté, la passion, la dépendance et l’indépendance.
Dépendance au père, à l’amant, à l’homme mais aussi non reconnaissance d’une découverte photographique ( la solarisation ) ou d’une création photographique .
Whitney Scharer parséme son récit de très courts chapitres  pour nous focaliser sur des événements qu’a vécu Lee Miller pendant la Seconde Guerre mondiale.
Devenue reporter de guerre , Lee Miller a été  la première à photographier  Dachau , Buchenwald ou encore Vienne et Berlin.

Ou comment une jeune femme mannequin, se libéra  d’un carcan pour devenir une belle héroïne tragique.

La redoutable veuve Mozart d’Isabelle Duquesnoy. La Martinière .💛💛💛

La redoutable veuve Mozart par Duquesnoy

Le titre du dernier roman d’Isabelle Duquesnoy La redoutable veuve Mozart caracterise bien Constance Weber,  femme de Mozart.
Redouter : craindre vivement quelqu’un ou quelque chose; envisager comme dangereux, avoir peur.
Constance Weber est tout cela et même plus.
Nous sommes le 5 Décembre 1791 et Mozart vient de mourir à l’âge de 35 ans . Il est perclus de dettes. Il laisse une veuve Constance et deux enfants Karl et François Xaver. Il laisse aussi une oeuvre musicale en devenir ou plus probablement oubliée.  Quand un musicien meurt , un autre prend sa place dans l’aristocratie et les cours royales. … Beethoven,  Schubert…..
Quand un musicien meurt et que son convoi funéraire l’emmène à la fosse commune son oeuvre musicale est bien loin d’être reconnue.
Et pourtant une femme va tout faire, tout sacrifier pour que le nom de Wolgang Amadeus Mozart vive à jamais.
C’est ce que nous raconte Isabelle Duquesnoy à travers un long texte, une longue lettre qu’elle envoie à son fils aîné Karl.
Et Constance Weber épouse Mozart est sûre de son fait :
 » le festival Mozart , c’est moi.
Les monuments et les statues dressées  dans les jardins publics c’est moi.
Le Mozarteum de Salzbourg,  c’était mon idée.  J’ai même tenté  de t’imposer (  Karl ) comme directeur mais tu n’en avais pas la capacité.
Aujourd’hui, sans doute parce que je suis âgée  et que tu me vois criquette et ratatinée, tu viens me faire des reproches. Mais qui es-tu, pour me dire que j’ai mal agi ?  »
Elle est sûre d’elle aussi pour vendre et revendre dès fois de façon frauduleuse les partitions du Requiem.
Elle est sûre d’elle aussi pour changer les prénoms de son fils François Xaver en Wolgang Amadeus II.
Celle longue lettre nous dit aussi l’amour,  la fidélité qu’elle portait à   Mozart.
Mais cette amour, cette fidélité a  tout emporté,  a garotté ses  fils.
Isabelle Duquesnoy nous replonge dans cette fin du 18ème siècle et ce début du 19eme siècle à  Vienne alors que le bruit et la fureur de la Révolution française apportent  leurs lots  d’aristocrates en Autriche avant que Napoléon ne viennent installer son Empire.
Constance Weber a dormi avec le masque mortuaire de Mozart, a gratté à mains nues la terre de la fosse commune pour retrouver une relique de son mari.
Redoutable était-elle, mais que nous lui devons nous de connaître le génie de Wolgang Amadeus Mozart.

Lautrec de Matthieu Mégevand.Flammarion. 💛💛💛💛

Lautrec par Mégevand

Ce livre est le deuxième volet d’une trilogie sur la création.
Le premier volet à été publié en 2018 sous le titre La bonne vie

Vous pouvez trouver mon billet  sur ce livre , sur le blog.
A travers les deux premiers volets de sa trilogie Mathieu Megevand interroge le phénomène de la création en le rapprochant de la destruction.
Dans son premier roman ,la création advenait par une quête existentielle et une prise massive d’alcool et de drogues de Roger Gilbert Lecomte, poète des années 1930
Dans son deuxième volet, il interroge toujours la création à travers un artiste mondialement connu : Henri Marie Raymond de Toulouse Lautrec Monfa.
Ce livre n’est pas une biographie, ni une étude des toiles De Toulouse Lautrec.
A travers la vie De Toulouse Lautrec, Matthieu Megevand veut nous amener au plus près de l’acte de création. Et de nous montrer que celui-ci est toujours proche d’une destruction .
Avec Toulouse Lautrec ce lien entre création et destruction vient de sa petite taille, due à une maladie génétique.
Sa vie de peintre à Montmartre s’est nourri de ce handicap et du regard que lui portait les femmes.
Accro à l’alcool , au rhum et à l’absinthe , il devint le peintre des cabarets, des bordels et des maisons closes.
Avec les danseuses, les prostituées et les petites gens, il trouvait une proximité de vie et de handicap.
D’un côté des femmes abandonnées par la vie,essayant de survivre, de l’autre côté Toulouse Lautrec au physique abandonné.
Cette catharsis à pu se développer et Toulouse Lautrec à pu rendre par ces dessins, ces peintures, ces lithographies, des instants de vie du monde des prostituées et des cabarets.
Cette création proche de la destruction montre des êtres bruts et vivants.
Toulouse Lautrec mourra à 36 ans de la syphilis et nous laissera une oeuvre foisonnante et multiple.
Matthieu Megevand par sa représentation de la création nous donne envie de courir à l’exposition du Grand Palais à Paris sur Toulouse Lautrec.

Carnaval noir de Metin Arditi. Grasset.💛💛

Carnaval noir par Arditi

Prenez une grande marmite et remplissez la à convenance :
Une grande louche de 16ème siècle à Venise
Une louche équivalente du 21ème siècle entre la Suisse, Rome et toujours Venise.
Deux belles cuillères à soupe de peintures de la Renaissance Italienne.
Deux belles cuillères à soupe de Fondation des pèlerins ibériques. ( bien bomber les cuillères )
Pour lier l’ensemble, ajouter 20 cl de langue latine.
N’oubliez pas de saler et d’épicer pour donner du goût et du corps à votre préparation :assassinat, terrorisme, djihad.
Si l’ensemble reste quelque peu fade, ajouter un zeste d’extrême droite.
Mélanger le tout avec une main à 6 doigts.
Laissez mijoter le temps d’une lecture et vous obtenez Carnaval noir de Metin Arditi
Un met assez indigeste.
Comme pour une recette culinaire, tous les ingrédients semblent de qualité, mais une fois assemblés le résultat escompté n’est pas là
Les chapitres sont courts et cette brièveté ajoute à la confusion passant d’un lieu, d’une époque à chaque tour de page.
Les personnages arrivent, passent , s’en vont dès fois ( ah les assassinats!)
Les papes font de même .
La même confusion existe entre réalité et fiction.
Metin Arditi s’appuie sur des faits réels de la Renaissance Italienne mais pour développer son énigme il va créer de toute pièce un Carnaval Noir, et revoir la réalité historique.
Autant certains romans s’appuient sur l’histoire pour insérer leurs personnages et les faire exister dans les moments de cette histoire, autant Metin Arditi invente un moment d’histoire pour faire vivre ses personnages. Cela peut être dérangeant car en créant cet artifice, il fausse la réalité d’une époque.
Ce roman reste donc une déception du fait de sa confusion,de la facilité de l’intrigue : les sociétés secrètes, l’extrême droite sur fond de religion, les liens entre 16ème et 21ème siècle. Une intrigue vue et revue dans d’autres romans ( Dan Brown )

Le vol de la Joconde de Dan Franck. Grasset.💛💛💛💛

Le vol de la Joconde par Franck

Voici un court roman , gai, jovial, truculent qui se lit en connivence avec l’auteur et les deux personnages principaux : Picasso et Apollinaire, excusez du peu.
Dan Franck est un grand connaisseur des années 1910 et de la vie littéraire, picturale et musicale que connaissait Montmartre et Montparnasse.
Il a dépeint cette période dans un roman magnifique : le Temps des Bohémes.
Dans son nouveau roman le vol de la Joconde, il va s’appuyer sur un fait réel pour nous emmener dans les pas de Picasso et Apollinaire.
Le 22 Août 1911 La Joconde est volée au Louvre . le présumé coupable est un certain Gerry Pieret bien connu dans le monde de l’art pour ses vols et emprunts.
Quand Apollinaire lit la nouvelle dans le journal, son sang ne fait qu’un seul tour. Il faut qu’il joigne à tout prix Picasso.
Car auparavant Gerry Pieret , ancien secretaire d’Appollinaire ,lui avait vendu 2 statuettes antiques volées au Louvre pour le compte de Picasso. Pieret s’étant bien abstenu de mentionner le vol à Apollinaire, devenu receleur à son corps défendant.
Ces statuettes ibériques du cinquième siècle ayant servi de modèle pour la toile Les demoiselles d’Avignon de Picasso.
Picasso et Apollinaire se retrouvent au Bateau Lavoir, mettent les statues dans une valise et les voilà partis à cacher cette valise.
Dan Franck va inventer une traversée de Paris qui durera Cinq jours et qui nous mènera de Montmartre à Montparnasse, dans les gares.
Cette cavalcade sera l’occasion d’arrêt chez le Douanier Rouseau , Matisse, Max Jacob , Modigliani et bien d’autres.
Dan Franck ciséle des dialogues fins entre Picasso et Apollinaire et nous gratifie de quelques anachronismes historiques voulus avec humour.
Et pour que nous soyons partie prenante de cette cavalcade, il parseme son dialogue de « nous » et nous entraîne à sa suite.
C’est réjouissant, enlevé et cela donne envie de relire le Temps des Bohémes pour redécouvrir ce charivari de Montmartre et Montparnasse
Très bon moment de lecture

Rhapsodie italienne de Jean Pierre Cabanes. Albin Michel💛💛💛💛

Rhapsodie Italienne par Cabanes

Comme l’annonce le titre Rhapsodie italienne de Jean-Pierre Cabanes , et pour reprendre la définition de rhapsodie , ce roman est une suite de récits épiques.
Ces récits épiques ont lieu en Italie entre 1915 et 1945.
Et comme pour tous les poèmes épiques il faut des personnages valeureux , romanesques dont l’honneur , la fidélité sont des valeurs premières
Les deux premiers protagonistes sont Lorenzo Mori et Nino Calderone.
Lorenzo Mori est un jeune officier de l’armée italienne. Il vit à Vérone. Quand on le rencontre pour la première fois , il va au mariage de Julia. Celle-ci se marie avec Umberto Galluzzi qu’il déteste.
A peine marié Umberto Galluzzi provoque en duel Lorenzo Mori.
Umberto Galluzzi meurt lors du duel et Lorenzo Mori épouse secrètement Julia car ces deux là s’aiment d’un amour fou. Valeur…Honneur … Romanesque
A l’autre bout de l’Italie , en Sicile précisément, il est aussi question d’honneur. Nino Calderone jeune sicilien a commis un crime d’honneur. Il est dans l’obligation de s’enrôler dans l’armée.
Nous sommes en 1915 , la première guerre mondiale vient de commencer et les Italiens sont aux prises avec les Austro-Hongrois dans la Vénétie. Ce sont « les terre irredenti » , ces terres qui ne sont pas italiennes mais où vivent des Italiens.
Lorenzo et Nino vont se battre pour libérer ces « terre irredenti » et vont devenir des frères d’armes des « arditi » ces militaires qui se sont battus à Vittorio Veneto.
A la fin de la guerre l,un va retourner à Vérone et l’autre en Sicile.
Le destin va les éloigner et en même temps ils resteront liés. Quand tu est « arditi » tu l’es pour la vie.
Pendant la guerre Lorenzo Mori a rencontré Mussolini et il va rapidement adhérer u fascisme et devenir un homme indispensable pour Mussolini.
De son côté Nino Calderone va choisir de rentrer dans la clandestinité d’une mouvance que l’on appelle pas encore Cosa Nostra. Il devient L’ancilu Mostru .( l’ange monstre)
Les trois autres protagonistes sont trois femmes valeureuses,romanesques , amoureuses.
Il y a Julia , le grand amour de Lorenzo , femme rebelle , sociale qui défend la condition féminine.
Il y a Carmela , la Sicilienne à la tête d’un domaine et qui aime Nino
Il y a enfin Laura , la fille de Julia et Lorenzo. Jeune fille intrépide comme son père mais dont les idées penchent plus vers le communisme.
Autour de ces personnages de fiction , viennent s’agréger des personnages réels de cette période 1915 /1945.
Apparaissent Mussolini , ses maîtresses Margharita Sarfatti ,Clara Petacci, sa fille Edda son gendre Ciano , les généraux Graziani et Badoglio.
Défilent devant nous , la prise de pouvoir de Mussolini,la guerre d’Espagne , la guerre d’Ethiopie, le développement du fascisme , l’alliance Hitler Mussolini , le front russe jusqu’à la chute finale.
C’est remarquable et cela ne doit pas être résumé. C’est au lecteur de s’approprier cette Rhapsodie italienne où les événements se succèdent les uns aux autres.
Devant nous grâce à ce mélange parfait entre fiction et réél se déroule l’une des pages importante de l’Histoire de l’Italie mais aussi de l’Europe : la montée du fascisme et du nazisme dans les années 30.
Un petit bémol : Comme il s’agit d’une histoire épique , les héros et les amours sont souvent invincibles et les décorations militaires , les blessures de guerre sont nombreuses.
Ce petit bémol n’enlève en rien de la qualité à ce roman historique qui se lit avec avidité malgré ces 700 pages .

Enfin pour ceux qui sont interéssés par l’Histoire de l’Italie je vous conseille la lecture de Tous sauf moi de Francesca Melandri. Roman qui parle du passé fasciste et colonialiste de l’Italie au travers de la Guerre en Ethiopie et de l’arrivée des Migrants actuellement. Ma critique de ce livre est sur Babélio.

Ps . Ce livre sortira en librairie début Octobre 2019. Livre lu et obtenu dans le cadre de la Masse Critique Privilège de Babelio.

 

Dans l’ombre du brasier d’Hervé Le Corre. Rivages Noirs. 💛💛💛💛

Dans l'ombre du brasier par Le Corre

Dans l’ombre du brasier nous fait vivre la Semaine sanglante qui du 18 au 28 Mai 1871 a mis fin à la Commune.
Nicolas Bellec est sergent et il combat dans les rangs des Communards. Il a à ces côtés  un jeune garçon Adrien  et le dénommé le Rouge.
Il a une bien-aimée Caroline qui bientôt se fera enlever par un personnage aussi glauque que pervers.
Un Communard, Antoine Roques, promu au rang de commissaire enquête sur cet enlèvement et celui d autres jeune filles.
Caroline est séquestrée et oubliée alors que Paris et la Commune brûlent.
Voilà résumé la quatrième de couverture du roman d’Hervé le Corre.
Ce résumé n’est pas juste car ce roman n’est pas qu’un polar, ou un roman noir.
Ce roman est le roman d’hommes et de femmes qui vivent la Semaine sanglante  de la Commune.
C’est un roman de feu, de barricades, de morts mais aussi d’humanité, de conviction,  de solidarité.
C’est l’histoire du peuple de Paris divisé entre Versaillais et Communards.
Au début de la lecture du roman on est déconcerté car il n’est fait aucune mention historique sauf à dire que nous sommes à Paris , que Nicolas est communard, qu’il défend l’idée de la Commune et qu’ils se font canarder par les troupes Versaillaises.
Donc ce roman n’est pas un polar, n’est pas un roman noir ,n’est pas un roman historique.
C’est un roman sur l’humanité,  l’universel.
C’est un roman sur les convictions la solidarité.
Que ce soit Nicolas, Caroline, Antoine , le Rouge ou Adrien, ils ont au fond  d’eux une exigence de vie que même le brasier de Paris ne peut éteindre.
Tout comme ces sans grades,ces anonymes qui forment cette chaine pour la magnifique fin de ce roman.
Ce roman pourrait être écrit  dans d’autres lieux, durant d’autres périodes historiques et l’on  retrouverait ces hommes et ces femmes mus  par ces mêmes convictions.
Sous les traits  d’un roman noir , Hervé  le Corre nous invite à une autre lecture de la vie des hommes et des femmes et rend ces lettres de noblesse au Peuple.