Archives pour la catégorie Bande dessinée

Le petit astronaute de Jean Paul Eid. Éditions de La Pastèque. 💛💛💛💛💛

Quel coup au coeur !
Jean Paul Eid est un bédéiste québécois qui va s’appuyer sur sa propre vie pour nous raconter l’histoire d’une famille qui va être bousculé
par l’arrivée d’un petit garçon atteint d’une paralysie cérébrale.
Ce petit garçon s’appelle Tom ou le petit astronaute. Il a une grande soeur qui s’appelle Juliette,
et c’est au travers du regard de Juliette que Jean Paul Eid va nous parler de Tom.
cela aurait pu être larmoyant, rempli de pathos. ce n’est jamais le cas. Bien au contraire. C’est un roman graphique fait de délicatesse, de lumière.
Rien n’est occulté : la révélation du handicap, le chagrin et les interrogations de Juliette et de ses parents, le regard des enfants bien différent de celui des adultes, la médication ,la recherche d’établissement. Et puis il y a Tom. Petit bout qui ne parle pas mais dont le regard nous interroge. Ce corps dessiné, si présent, plein de vie, car oui Tom deborde de vie.
Jean Paul Eid à pris le partie de nous faire connaître Tom par le regard de sa grande soeur Juliette. le parti pris est magnifique. Que d’émotion, de fraternité dans cette relation entre un frère et une soeur . le rôle des enfants est d’ailleurs essentiel dans la vie de Tom.
Par son dessin, ses couleurs, son texte aux tournures et expressions québécoises, l ‘histoire de Tom est nimbé de délicatesse, de tolérance.
« Notre rôle, c’est de les aider à réussir leur vie. Qu’elle dure 5 ou 90 ans n’à pas d’importance » ( page 140 )
Tom est ce petit astronaute qui est descendu momentanément de ces étoiles afin de nous montrer un chemin de tolérance et de compréhension.
J’ai souvent eu les yeux humides, pas à cause du pathos.
J’ai eu les yeux humides car ce livre est lumineux. Lumineux de Tom, de Juliette, de Maman et Papa et lumineux de tous ces familles,ces
enfants qui vivent la différence et le handicap.
Lumineux de vie.
Merci Monsieur Jean Paul Eid de nous avoir donné Tom.

Image dans Infobox.

Jean-Paul Eid naît au Liban d’une mère belge, Sabine Martens, et d’un père libanais, Souhail Eid1. Sa famille immigre au Québec en 1967 alors qu’il est âgé de trois ans1,2.

Après des études en arts plastiques et en dessin animé, il se lance, en 1985, en bande dessinée et en illustration.

Il a notamment collaboré au magazine Croc, support de la bande dessinée québécoise jusqu’à sa fin en 1995, dans lequel ont été publiées Les aventures de Jérôme Bigras. Cette série est récipiendaire de plusieurs prix. En 2008, l’éditeur La Pastèque publie une anthologie de la série sous le titre Des tondeuses et des hommes et, en 2011, lance Le fond du trou, une histoire longue inédite dont la trame tourne autour d’une véritable perforation au centre de l’album.

Celestin et le Coeur de Vendrezanne de Gess. Editions Delcourt.💛💛💛💛

Coup de Coeur pour "Célestin", le nouveau "Conte de la Pieuvre" signé Gess

Célestin et le Cœur de Vendrezanne est le troisième roman graphique des Conte de la Pieuvre.
Cet opuscule peut se lire indépendamment des deux contes précédents.
Nous sommes dans le Paris d’après la guerre de 1870 , plus particulièrement pendant le très glacial hiver de 1879. .Célestin est serveur dans une auberge et ne veut absolument pas se faire remarquer.
Sauf qu’il ne travaille pas n’importe où !
Il travaille à l’auberge de la Pieuvre , qui est le centre névralgique de la Pieuvre, la Mafia Parisienne

.


Sauf que Célestin est aussi hors norme ! Il a le pouvoir de voir la vraie nature des gens et de sonder leur âme.
Mais parfois on ne peut cacher ses pouvoirs.
Devenu par hasard détenteur du secret du passage Vendrezanne, Célestin devra affronter la Pieuvre.


Ce roman graphique devient alors fantastique , envoutant.
Le tout est hallucinant et nous sommes hallucinés par toute cette créativité.
Gess par l’emploi des couleurs différentes selon les points de vue ( le pouvoir de sonder l’âme et de voir la vraie nature des gens) nous mêlent plusieurs réalités dans le déroulé de l’histoire. Qu’en est il de la réalité et de la fiction ?
L’ensemble est d’une grande cohérence, que ce soit dans le découpage des chapitres avec citations en exergue ,la représentation plus que frisquette des quartiers d’un Paris très social.
Le dessin est riche , ample et n’oublie pas de glisser quelques clins d’œil et hommages.
Merci à Babelio , la Masse Critique et les Editions Delcourt pour cette agréable découverte.

Comédie française. Voyages dans l’antichambre du pouvoir. Mathieu Sapin. Dargaud. 💛💛💛💛

Comédie française : Voyages dans l'antichambre du pouvoir par Sapin

Comédie Française porte bien son nom . D’un coté les grands auteurs du 17eme siècle : MolièreCorneille et Racine. de l’autre le pouvoir et les courtisans au temps de Louis XIV .
C’est le projet de BD que veut réaliser Mathieu Sapin.
Mais ce projet est percuté par deux autres actualités de Mathieu Sapin. A savoir la sortie de son film le Poulain qui parle d’ascension politique, d’election et le fait qu’il suive depuis 2017 La marche au pouvoir d’Emmanuel Macron.
Et comme l’indique le sous titre de cette BD, nous faisons des voyages dans l’antichambre du pouvoir.
Et dans ces antichambres, chacun de vouloir se faire une place et être l’hagiographe d’un roi ou d’un président.
Mathieu Sapin ouvre la réflexion sur la place de chacun et par la même sur sa propre place . Est il dessinateur, journaliste, courtisan.
Quelque soit l’époque le pouvoir rend fou. Il n’est pas inutile de rappeler l’évolution de Racine entre le jansénisme, des pièces de théâtre parlant d’amour puis plus religieuses avant de délaisser le théâtre et de devenir un conseiller du roi. Conseiller qui écrira de nouveau des pièces à la gloire de son roi.
Est ce le rôle d’un artiste? Est ce le rôle de Mathieu Sapin ? Il a le mérite de poser la question sachant que tel un insecte il est attiré par les lampions du pouvoir.
Tout est raconté avec humour, beaucoup d’apartés et une dérision qui nous dit que Mathieu Sapin n’est pas dupe.
Néanmoins il est urgent de se rappeler ce qu’en disait La Bruyère dans Les Caractères :
« Dans cent ans, le monde subsistera encore en son entier: ce sera le même théâtre et les mêmes décorations, ce ne seront plus les mêmes acteurs. Tout ce qui se réjouit sur une grâce reçue, ou ce qui
s’attriste et se désespère sur un refus, tous auront disparu de dessus la scène. Il s’avance déjà sur le théâtre d’autres hommes qui vont jouer dans une même pièce les mêmes rôles, ils s’evanouiront à leur tour et ceux qui ne sont pas encore, un jour ne seront plus : de nouveaux acteurs ont pris leur place ? Quel fond â faire sur un personnage de comédie ! »
La tirade clôt la BD de Mathieu Sapin. Salutaire.

Les Vieux fourneaux T.6 L’oreille bouchée. Dargaud 💛💛💛💛

Les Vieux Fourneaux, tome 6 : L'oreille bouchée par Lupano

Quel plaisir de retrouver Antoine Pierrot et Mimile. Pierrot toujours militant pour Ni yeux ni maître, vieil anarchiste flamboyant. Cette fois ci nos Vieux Fourneaux vont se retrouver en Guyane. Sophie sera bien sûr du voyage. Si nos amis sont en Guyane, c’est peut être qu’il y a un lien avec l’Amazonie, la forêt ou encore les chercheurs d’or.
Je vous laisse découvrir l’histoire.
Une histoire peut être plus sérieuse que les précédentes comme une prise de conscience.
Mais les Vieux Fourneaux restent fidèles à leurs valeurs: amitié, solidarité, humour….
Et ils nous rappellent que quelque soit l’âge, la subversion a du bon.
En ce début de 2021 cela fait du bien

Concerto pour main gauche de Yann Damezin. La Boîte à Bulles.💛💛💛💛💛

Concerto pour main gauche par Damezin

Quel coup de coeur ! Quelles découvertes !
Découverte d’un Jeune auteur de Bd , Yann Damezin qui est aussi scénariste.
Découverte d’un personnage , Paul Wittgenstein , pianiste autrichien ayant vécu au début du 20ème siécle et qui a eu le bras droit amputé pendant la première guerre.
Découverte d’un dessin mais le mot est trop faible . Découverte d’une graphie ,d’un art, le tout en noir et blanc.
La premièrepage de se roman graphique donne le ton.
6 cases pour montrer de profil une femme enceinte et ces 6 mêmes cases pour mettre en dessin, en graphie un son , une émotion, un ressenti.
Toute la vie de Paul Wittgenstein librement inspiré par Yann Damezin poursuivra ce postulat. Un dessin pour la biographie et une création graphique pour ressentir; s’émouvoir.
C’est jubilatoire, c’est créatif, sonore, poétique.
A chaque page nous restons béat devant ces sons transformés en feuilles , ces émotions transformées en Gorgone, en animaux fantastiques ou encore en corps déstructurés.
Quand on referme ce roman graphique on est étourdi d’une telle vie car cela est bien la vie de Paul Wiitgenstein, et longtemps la représentation graphique de Yann Damezin nous accompagne et nous donne à entendre différemment le Concerto pour main gauche de Ravel.
Et c’est avec délectation que l’on ouvre à nouveau ce roman graphique pour découvrir les subtilités des dessins
et se laisser emporter par une certaine poésie.

Né en 1991, Yann Damezin a intégré l’école Émile Cohl directement après son bac dans le but de devenir illustrateur. La littérature, le livre et l’image sous toutes leurs formes le passionnent. Ce Lyonnais aime les univers étranges et oniriques, et son travail se nourrit d’influence très diverses : miniature persane, primitifs italiens, expressionnisme etc..

Le Loup de Jean Marc Rochette. Casterman💛💛💛💛💛

Le loup par Merlet

 

 

Nous voilà de nouveau dans le Massif des Écrins  et de l’Oisans avec Jean Marc Rochette. Comme dans Ailefroide, altitude 3954Jean Marc Rochettemet la montagne au centre de son histoire. Ailefroide, altitude 3954, était un récit initiatique sur ces montagnes de l’Oisans que chérit Rochette. de même le loup est un récit initiatique, épique où l’homme affronte la bête. Mais est il si simple de désigner l’homme et la bête. Qui est le plus féroce et le plus retors ?
Au fil de la Bd nos certitudes s’affaissent. La bataille que se livre Gaspard, le berger , et le loup nous entraîne dans des réflexions profondes sur la survie, l’archaïsme, la coexistence.
Cela devient oppressant, étourdissant et le dessin de Rochette magnifie l’histoire.
La montagne omniprésente apporte au combat de l’homme et de l’animal une force extraordinaire.
L’utilisation du bleu presque noir ,associé au blanc gris de la neige et de la montagne conforte cette vision mythique des sommets.
Enfin que dire des regards de Gaspard ou du loup. le trait est pour ainsi dire abstrait et pourtant que de vie, d’humanité dans ces regards .
Enfin quel plaisir de retrouver les lieux , les noms , les couleurs de ce Massif des Écrins qu’il m’arrive de parcourir l’été au cours de randonnées.
Sans oublier le clin d’oeil à  Gaspard de la Meije au travers du berger.
En conclusion une Bd qui prend de la hauteur dans toutes les sens du terme.

Ailefroide Altitude 3 954 de Rochette. Casterman 💛💛💛💛

Ailefroide : Altitude 3 954 par Rochette

Quelle belle autobiographie graphique !
Dans une première vie Jean Marc Rochette a été un grimpeur , un alpiniste émérite. Jusqu’à l’âge de 20 ans Jean Marc Rochette avait une passion exclusive : la montagne – la grimpe dans le Massif de l’Oisans au Sud de Grenoble et avait une obsession : atteindre le sommet d’Ailefroide à l’altitude de 3 954m.
Jean Marc Rochette a un autre talent : le dessin, la peinture , le pastel et l’aquarelle.
C’est à travers ce talent qu’il va se réaliser et être connu auprès des aficionados de la BD.
Sa BD Transperceneige est une référence , tout comme ses collaborations avec Martin Veyron.
Et dans cette BD Ailefroide Altitude 3 954 Jean marc Rochette allie ses talents d’alpiniste et de dessinateur.
En 284 pages de cette autobiographie graphique, Jean Marc Rochette nous retrace sa jeunesse à Grenoble et dans le Massif de l’Oisans.
L’atmosphère de Grenoble est plutôt grise tout comme la vie de Jean Marc Rochette. La mère de Jean Marc emmène régulièrement son fils au Musée de Grenoble. Celui ci est subjugué par une toile de Soutine: le boeuf écorché.
Mais ce qui le subjugue c’est la montagne et la grimpe.
Il va tout faire pour se défaire de la gangue du Lycée Champollion et partir grimper avec son copain Philippe Sempé. D’abord quelques falaises autour de Grenoble à Fontaine et puis rapidement l’Oisans avec un périple en mobylette.
Une adolescence entre lycée et montagne , toujours en insouciance. Insouciance qui ne convient pas toujours à la montagne.
A travers des dessins où domine le bleu du ciel et le noir des rochers et des falaises Jean Marc Rochette va nous conter les amitiés , les cordées , la beauté des montagnes mais aussi nous parler des anciens , de ces alpinistes qui ont ouvert les voies.
Et puis il nous parle avec émotion de tous ces ces sommets de l’Oisans , de la Bérarde, du Pré de Madame Carle des refuges au nom mythique : Temple – Promontoire – Aigle.
Il nous rappelle que la montagne est surtout une histoire d’hommes , de cordée , d’amitié ,de souffrance.
Et alors le lien s’installe ente la peinture de Soutine « le boeuf écorché  » et ces corps qui peuvent être abîmés par la montagne.
Et puis son autobiographie graphique devient recherche : être guide , devenir dessinateur. Que recherche t-il au milieu de ses sommets de l’Oisans.
Le bleu et le noir des dessins se font de plus en plus profond.
Le danger de la montagne , la perte des êtres se font prégnants.
Habitant la région de Grenoble et étant de la génération de Jean Marc Rochette , on ne peut qu’être touché par cette histoire.
J’ y retrouve les accents de la jeunesse estudiantine de Grenoble , piolets ou skis toujours à portée de sac à dos.
J’y retrouve la beauté des sommets de l’Oisans , ce massif éloigné de tout.
J’y retrouve l’insouciance des années 1970 et une grande liberté .
Beau et grand récit initiatique.

Ailefroide. altitude 3 954 de Jean Marc Rochette. 284 pages.

Dans la combi de Thomas Pesquet de Marion Montaigne. Dargaud 💛💛💛💛

Dans la combi de Thomas Pesquet par Marion Montaigne

Comment peut on vouloir être dans la combi de Thomas Pesquet ?
Dans une BD de 200 pages Marion Montaigne va nous dire et dessiner tout ce qu’il y a dans la combi de Thomas Pesquet
Eh bien il y en a de la volonté , de l’orgueil de l’humour et des connaissances dans cette combi.
C’est la grande réussite de cette BD : Elle restitue avec humour , souvent caustique le chemin de vie de Thomas Pesquet pour en arriver à se retrouver dans une fusée russe en approche de l’ISS.
Mais cet humour ne cache pas la réalité de la préparation , la difficulté d’être choisi.
De façon ludique et pédagogique Marion Montaigne nous parle de l’impesanteur de la gravité mais aussi des expériences scientifiques et de leurs loufoqueries.
Mais aussi des difficultés de la vie quotidienne dans un univers sans apesanteur , des conditions drastiques d’entrainement ou encore de la rusticité du retour dans la cabine Soyouz.
Et malgré cela Thomas Pesquet a envie de remettre rapidement sa combi.
C’est que la Terre doit être belle au milieu de l’Univers !