Archives du mot-clé roman poésie biographie romancée biographie fiction histoire espionnage poutine histoire de la russie politique amour guerre froide sport hockey france littérature française littérature russe rus

Vladimir Vladimirovitch de Bernard Chambaz . Flammarion 💛💛💛

Vladimir Vladimirovitch par Chambaz

Après avoir découvert Bernard Chambaz dans un autre Éden et avoir beaucoup aimé, je suis revenu en arrière dans la bibliographie de l’auteur et j’ai lu Vladimir Vladimirovitch.
Je n’ai pas ressenti le même coup de coeur que pour un autre Éden car il n’y a pas le côté autobiographique qui soutenait émotionnellement le roman.
Néanmoins dans Vladimir VladimirovitchBernard Chambaz déjà, mélangeait la fiction et la réalité en faisant un semblant de biographie d’un personnage réel ( Poutine ) afin d’asseoir la vie de son personnage de fiction.
Cette dualité entre le président russe Vladimir Vladimirovitch Poutine et son homonyme inconnu, machiniste retraité va permettre à Bernard Chambaz de nous raconter la petite et la grande histoire de l’URSS et de la Russie.
Mais où se situe la petite histoire et la grande histoire. La logique voudrait que Poutine soit synonyme de grande histoire et son homonyme Vladimir Vladimirovitch synonyme de petite histoire.
Ce n’est pas si simple et les chapitres passant de l’un à l’autre des personnages entretiennent l’ambiguïté.
Il est réjouissant de constater les mises en scène autour de Poutine pour « heroiser  » le personnage : remontée d’amphores d’un lac, vol en deltaplane au milieu des grues , partie de badmington, descente en bobsleigh etc…
ou le ridicule côtoie le culte de la personnalité.
De son côté Vladimir Vladimirovitch remplit ses petits cahiers et carnets de la vie de son homonyme qui depuis 1999 lui pourrit la vie.
C’est l’occasion pour le lecteur de revisiter l’URSS et la Russie à travers une biographie de Poutine depuis son enfance jusqu’à son omnipresidence.
C’est dans le mélange de ces deux personnages que l’on retrouve l’ambiguïté et la mélancolie de l’âme russe.
Il ne faut pas se fier aux yeux de phoqueset au sourire mélancolique de Poutine.
Derrière ce regard triste il est le tsar de toutes les Russies.