Archives du mot-clé prose roman poésie en prose roman noir réfugiés traditions chasse drame paternité transmission fratrie psychologie finance secrets de famille histoires de famille relation père-fils médecine vie

La Tentation de Luc Lang. Stock.💛💛💛💛

La tentation par Lang

Comme dans son roman précédent Au commencement du septième jourLuc Lang interroge le monde et la famille dans son nouveau roman La tentation.
Dans Au commencement du septième jour Luc Lang s’interrogeait sur le monde du travail, la relation cadre – employeur.
Dans La Tentation, il reprend l’exemple du monde du travail pour affirmer son propos : Nous avons un ancien monde et un nouveau monde. ce nouveau monde est le monde des financiers, des associés, de la virtualité , de l’argent facile.
François le père est un chirurgien reconnu et un chasseur émérite. Dans son esprit ses enfants Mathieu et Mathilde doivent suivre la ligne familiale et faire des études de médecine. Tradition et ancien monde.
Mathieu, son fils, financier de haut vol et trader à New York est le protype du nouveau monde.
Il a commencé ses études de médecine, répondant à la tradition familiale puis a tout plaqué pour la finance.
Il voit d’ailleurs la médecine au travers de la fincance : rachat de cliniques – bénéfices – argent facile.
Mathilde la fille ,est resté fidèle à la tradition familiale et a commencé de études de médecine.
Mais une passion dévorante pour un escroc patenté va l’en détourner.
Enfin Maria , l’épouse,la mère et belle mère a une psyché un peu perchée qu’elle soigne par des fréquents séjours dans des couvents de religieuses.
C’est sur la durée d’un week-end , à la Toussaint, que Luc Lang va faire inter agir ses personnages.
François est monté dans son relais de chasse sur les contreforts du Mont Cenis afin de chasser le cerf.
Et il se trouve nez à nez avec la plus bête qu’il n’est jamais rencontré : un cerf à seize bois. il le vise et le blesse seulement. Après une poursuite il a la possibilité de l’achever mais ne le fait pas et au contraire le soigne dans son relais.
En même temps qu’il chasse , sur une route il voit passer une voiture qui évite ce cerf. Dans cette voiture , côté passager , il pense apercevoir sa fille Mathilde.
Au relais il trouve son fils Mathieu alors que c,était nullement prévu.
A partir de cette situation le roman va se constituer en quatre chapitres dont la temporalité n’est pas linéaire.
Réalité, rêve,cauchemar. A chacun de se faire son idée.
Quand au quatrième chapitre, il laisse au lecteur la possibilité du positif et du négatif.
Comme d’habitude avec les romans de Luc Lang l’écriture est ample,poétique, précise et violente.
Les phrases peuvent être courtes et définitives. Mais aussi longues et tourmentées.
Les premières pages du roman sur la chasse du cerf sont magnifiques et haletantes.
Tout y est , les mots techniques sur la chasse , la description de la montagne, sauvage , prise dans la gangue automnale , les émotions et ressentis de François mais aussi du cerf.
Néanmoins la lecture du roman de Luc Lang n’est pas de tout repos , car le livre n’est pas linéaire et l’écriture est dense.
Il faut accepter de ne pas toujours comprendre l’ensemble du propos de l’écrivain.
Par contre se plonger dans ce monde , vieux ou nouveau, au milieu des montagnes de Maurienne et de Vanoise est un grand plaisir.
Quand on ferme le roman , le précipité n’est pas encore reposé. Il faudra quelques jours pour s’extraire de cette histoire et de ces personnages.
N’est ce pas l’un des ingrédients d’un bon livre ?