La passagère d’Amélie Fonlupt. Payot Rivages. 💛💛

Il est des livres qui ne sont que de passage.
Le livre d’Amelie Fonlupt fait partie de cette catégorie . Et son titre La passagère confirme cette impression.
Passager : Celui où celle qui est de passage, qui ne fait que passer
Mamé, grand mère capverdienne s’est exilé en France dans les années 1960 avec sa fille Reine. Mamé est revenue au Cap Vert. Pas Reine qui est restée vivre en banlieue parisienne. Des enfants sont nés dont Lena qui est la narratrice de ce roman.
Ce roman retrace la vie de trois générations de femmes exilées en France. Pour chacune le déracinement est une épreuve
Autant j’ai aimé les 50 premières pages qui se passent au CapVert, autant j’ai eu du mal ensuite.
J’ai eu l’impression que l’ensemble été survolé avec les passages obligatoires pour parler de l’exil, du déracinement. A force de survoler, l’émotion disparaît et reste des personnages convenus que ce soit Madame Patrick ou encore Monsieur et Madame chez qui Reine travaille.
La passagère aurait pu être un prémice à la transmission. Mamé, Reine et Lena auraient pu être ces liens.
Malheureusement elles ne sont que de passage,


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s