Une sortie honorable d’Eric Vuillard. Actes Sud.💛💛💛💛

Lire Une sortie honorable d’Eric Vuillard après avoir lu l’enquĂŞte de philippe Collin : le fantĂ´me de PĂ©tain permet d’avoir une vue d’ensemble sur des pans de l’histoire de France durant le 20ème siècle.
Le rĂ©cit D’Eric Vuillard reprend avec son titre la mission qu’avait donnĂ© Mayer, prĂ©sident du conseil en 1954, au GĂ©nĂ©ral Navarre durant la guerre d’Indochine : il faut trouver une sortie honorable.
Depuis quelques annĂ©es la France, son gouvernement, ses hommes d’affaires et ses militaires sont au prises avec le mouvement Viet-Minh au Vietnam.
Comme à son habitude, Eric Vuillard nous fait un récit précis, mordant , caustique, noir et sombre de la réalité humaine.
« Plus on approche du pouvoir, moins on se sent responsable ». c’est la phrase que ressasse le GĂ©nĂ©ral Navarre dans la cuvette de Dien Bien PhĂ». Phrase que va dĂ©cortiquer Eric Vuillard auprès des diffĂ©rents personnages de son roman.
Nous sommes au coeur du pouvoir. Nous devrions dire au coeur des pouvoirs : Pouvoir politique, Ă©conomique et militaire.
Le pouvoir politique avec ces présidents du Conseil et ses ministres dont certains avaient donné les pleins pouvoirs à Pétain en 1940. Ces mêmes présidents et ministres qui se partagent le pouvoir. Une fois , à toi, une fois à moi. Tu me tiens par la barbichette. Un petit monde clos , parlementaire et ministériel qui régit la France et les Colonies.
Le pouvoir Ă©conomique ou celui des grandes familles bourgeoises. La aussi l’entre-soi est une vertu cardinale. On se marie entre familles cousines. On retrouve les tentacules de ces familles que ce soit en politique, dans le clergĂ© , les conseils d’administration et les banques.
La Banque d’Indochine par exemple dont les dirigeants ont leurs ronds de serviette dans tous les conseils d’administration.
Les terres des Colonies sont le terreau de la Bourse et de l’enrichissement facile.
Le pouvoir militaire quant à lui envoie au front au bon plaisir de son pouvoir : tirailleurs africains, maghrébins et de toutes colonies.
Remarquable et effrayant.
Et cette proximité du pouvoir qui fait que la responsabilité se dilue.
Une sortie honorable ne peut ĂŞtre un dĂ©shonneur. Les sièges du parlement, des conseils d’administration sont trop confortables tout comme leur subsides.
Alors il y eut Dien Bien PhĂ» , alors il y eut trois millions six cent mille morts Vietnamiens.
Il y eut la chute de Saigon en 1975.
Les derniers mots du rĂ©cit d’Eric Vuillard :
« Dans l’espĂ©rance dĂ©risoire d’une sortie honorable, il aura fallu trente ans et des millions de morts et voici comment tout cela se termine ! Trente ans pour une telle sortie de scène. le dĂ©shonneur eut peut ĂŞtre mieux valu. »
Remarquable , effrayant et d’une actualitĂ© brĂ»lante.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s