Reviens de Samuel Benchetrit. Grasset💛💛💛💛

Reviens par Benchetrit

Nous attendons des nouvelles de nos enfants que nous sommes incapables de donner de nous-mêmes.
On pense souvent que certaines personnes sont heureuses alors qu’elles ne veulent pas inquiéter les autres. Les gens heureux sont avant tout des gens gentils
Voici quelques unes des réflexions d’un écrivain  en quête d’inspiration et d’amour.
Samuel Benchetrit nous donne avec Reviens un roman tendre, poétique, parfois absurde mais aussi grave et émouvant.
Cet écrivain en panne d’inspiration est au prise avec bons nombres de tracas et d’événements  dans sa vie familiale.
Son fils entre adolescence et monde adulte est parti à la découverte du monde. Son ex femme le harcèle,  son inspecteur des impôts , Paul Blanchot, lui envoie un mail depuis Abidjan lui demandant de l’argent, sans oublier la lecture à haute voix dans une maison de retraite,  ni l’achat d’un canard auprès de la Ferme de Claire et les tribulations d’un livre sur Amazon.
Cela peut paraître foutraque.  Çà l’est. C’est la représentation de l’état d’esprit de cet écrivain.
Il vit enfermé dans son appartement, enfermé dans sa perte d’inspiration et à la recherche de son fils.
Et quand il sort de son enfermement littéraire, il se trouve devant des tas de possibles et de probables plus absurdes les uns que les autres.
Apparemment absurdes, mais tellement vrais.
La naïveté ou le naturel de cet écrivain fait qu’il reste ouvert aux découvertes  plaisantes ou désagréables.
Mais derrière ce doux rêveur, apparaît une critique de l’édition, du monde numérique, des plates formes.
Mais cette critique se déguste comme un petit bonbon acidulé. La critique ne prends pas le dessus sur la joie de vivre .
Et c’est le mélange de tout cela qui donne une atmosphère émouvante à ce roman
Comme pour une peinture impressionniste, il faut prendre du recul pour comprendre que chaque point compose le tableau.
Reviens me donne cette impression, ces couleurs pastels, cette douceur, cette émotion.
Difficile de dire que l’émotion vient d’un point ou d’un autre,  mais elle est là présente.
On ressort de ce livre apaisé.
Quelle aventure d’aimer une infirmière bègue,  et de devoir résoudre la question suivante:
Quel unique mot pourrait dire un père inuit à son fils qui part pour un voyage dans les glaciers ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s